24H de Spa : L'Aubelois Charles Weerts, 19 ans, rêve du Top 5 après son titre en Sprint Cup

Le jeune Aubelois Charles Weerts, 19 ans, vient de décrocher le titre en GT World Challenge Europe Sprint Cup en compagnie de son coéquipier Dries Vanthoor. Ce week-end, il partagera l'habitacle de l'Audi R8 LMS GT3 #32 du Team WRT avec l'Allemand Frank Stippler et le Suisse Edoardo Mortara à l'occasion des 24 Heures de Spa-Francorchamps, son rendez-vous le plus important de la saison.

>> Le Tournaisien Baptiste Moulin, des 24H 2CV aux "vraies" 24H de Spa

>> Le Namurois Benjamin Lessennes, un débutant enthousiaste et ambitieux au départ

>> "Waw", une Art Car belgo-new-yorkaise au départ à Francorchamps !

Et la course la plus prestigieuse du calendrier, c'est aussi celle qui se déroule "à la maison" pour le pilote de l'Audi Sport Team WRT.

"Effectivement, je suis d'Aubel, ce n'est pas loin !, sourit Charles Weerts. Sans les travaux, c'est à moins d'une demi-heure du circuit de Spa-Francorchamps. Je suis pratiquement dans mon jardin, c'est vraiment chouette. Ces 24 Heures fin octobre, ce sera clairement différent. Ce sera plus fatigant, il fera probablement un peu plus froid... Il faudra certainement procéder à quelques adaptations, mais nous sommes très bien entourés, l'équipe va faire en sorte que ce ne soit pas trop difficile pour nous, pilotes. Je garde un bon souvenir de ma première participation l'an dernier. On a terminé la course, ce qui était l'objectif, mais on a loupé le Top 10 de peu. C'était une course difficile, physique, qui en demande beaucoup. J'ai hâte de remettre le couvert et de voir ce que cette nouvelle édition va donner. Notre premier objectif cette année sera à nouveau de finir la course, mais je pense que nous pouvons raisonnablement viser le Top 5, ce serait un très bon résultat pour nous."

Sacré en Sprint Cup dès sa deuxième saison en GT3, Charles Weerts a décroché son premier titre majeur à 19 ans seulement... mais pas question de se voir désormais comme un pilote "d'expérience".

"Peu importe notre âge, on a toujours une marge de progression, on peut toujours s'améliorer, reprend l'Aubelois. Et je pense que si un jour on se dit qu'on y est, c'est qu'on n'y est pas du tout ! J'ai encore beaucoup de choses à apprendre, et je trouve ça génial : grâce aux pilotes qui sont à côté de moi, aux ingénieurs, j'apprends énormément. J'essaie toujours de m'améliorer et de donner le meilleur de moi-même. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK