Une catapulte, le souffle coupé et 600 chevaux à dompter : De Ridder en phase d'apprentissage en World RX

Il y a deux ans seulement, le pilote belge Guillaume De Ridder découvrait le rallycross. Cette saison, le Nivellois dispute l'intégralité du Championnat du Monde de la spécialité, le World RX, au volant d'une Supercar, en l’occurrence une Renault Clio R.S. RX de 600 chevaux.

Un monstre de puissance difficile à dompter, mais au sein de son team GCK Academy, une équipe de formation mise en place par le Français Guerlain Chicherit, Guillaume De Ridder peut profiter de cette saison d'apprentissage pour grimper pas à pas, et en toute sérénité, les échelons qui le séparent encore des meilleurs pilotes de la discipline...

« C'est clairement une saison de découverte et d'apprentissage, a souligné Guillaume De Ridder au micro de la RTBF depuis Spa-Francorchamps, où il disputait le week-end dernier la troisième épreuve de la saison de World RX. Il ne faut pas essayer de griller les étapes, il faut vraiment qu'il y ait une progression constante au fil des courses. En matière de résultats, l'objectif est d'atteindre les demi-finales sur chaque manche. C'est déjà un bel objectif en soi, parce que faire partie des douze meilleurs pilotes du monde, dont beaucoup ont déjà une belle expérience, c'est un beau challenge ! Mais c'est clairement réalisable, on a de bonnes armes pour y parvenir. On va faire progresser nos voitures en même temps que nous (son coéquipier Cyril Raymond et lui, NDLR) pour arriver à vraiment jouer devant d'ici quelques courses. »

Demi-finaliste il y a quinze jours à Barcelone, Guillaume De Ridder n'a pas réussi à récidiver à domicile, notamment à cause d'un problème de boîte de vitesses lors de la troisième de ses quatre courses de qualifications. Un peu frustrant car le rythme était là, mais ça aussi, ça fait partie de l'apprentissage... et le pilote belge a pu prendre un maximum de plaisir devant son public, notamment au moment de prendre le départ.

« Les sensations qu'on ressent au départ, c'est indescriptible. J'avais déjà discuté avec des pilotes du World RX qui m'avaient expliqué que c'était comme une catapulte, et que passer de 0 à 100 km/h plus vite qu'une F1, en moins de secondes, c'était incroyable. La première fois que j'ai pris le départ avec cette voiture, j'ai eu le souffle coupé. C'est un sentiment incroyable ! »

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK