Thierry Neuville dans l'InstaLive RTBF : "Si quelqu'un a un bon filon pour un simulateur…"

Tous les soirs à 18h, le compte Instagram RTBFsport propose un live. Hier, Thierry Neuville était notre invité. L’occasion de parler avec lui de la situation mondiale et du virus. Mais aussi de son début de saison, de sa passion pour le rallye et de lui, un peu, aussi. Sur les chapeaux de roue, comme d’habitude.

Thierry, c’est une période particulière. La planète entière vit presque la même situation, au même moment ? Quel est ton ressenti ?

C’est difficile de se faire une vraie opinion quand on lit tout, sur les réseaux sociaux notamment. Mais c’est évidemment grave, ce qui se passe. C’est même parfois un peu " bordélique " dans les hôpitaux, j’ai vu un reportage hier à la télé française, avec le manque de matériel entre autres.

Au niveau de ton boulot, la saison est arrêtée après 3 rallyes. On parle d’une reprise peut-être au Kenya, mi-juillet…

On est certain de rien. On n’a pour l’instant pas d’info quant à la reprise. Donc il faut rester zen. Respecter surtout les consignes. On est très nombreux dans le monde et ce sera impossible que tout le monde tire dans le même sens en même temps. Moi, là, je suis à la maison, et on n’a pas grand-chose à faire pour être honnête…

Tu sors, prends la voiture pour faire la course pour quand même conduire un peu ?

Je sors surtout à pied, en trois minutes je suis dans les magasins, car Monaco n’est pas grand. On a un petit chien à balader mais il faut surtout passer le temps à l’intérieur. Depuis huit mois, notre petite fille Camille est arrivée et ça me permet de m’en occuper pendant quelques semaines d’affilée, ce qui est rare habituellement.

Tu as installé un simulateur de courses pour avoir des sensations ?

Non, malheureusement, je n’en ai pas. Je suis à la recherche donc si quelqu’un a une bonne adresse, une bonne idée, un bon filon... Les quelques personnes que j’ai contactées ont tout vendu en très peu de temps, en une semaine. J’essaye de trouver une solution mais j’ai assez d’occupations avec ma petite fille et ma compagne pour le moment…

T’as quand même un jeu vidéo, un jeu de bagnoles ?

J’ai une playstation mais ça fait trois ans que je n’y ai pas touché et je ne sais même plus comment l’allumer…

Tu compenses comment le manque par rapport à l’adrénaline de ton métier?

Cela ne fait pas si longtemps qu’on a couru, c’était il y a trois semaines au Mexique, même pas. On a eu la chance de déjà de commencer la saison et de faire trois courses, alors qu’aucune autre saison n’a démarré dans les autres disciplines. La nôtre est juste en pause. Le temps à attendre peut être long mais pour l’instant ça va, je ne ressens pas encore de gros manque.

Ça te vient d’où finalement cette passion pour le sport auto?

Dès mon jeune âge. Dès mes 5 ans, je voulais devenir pilote de rallye. Vraiment le rallye, pas une autre discipline parce que je trouvais que c’était ça le plus impressionnant, spectaculaire. Ma famille, mes amis m’ont emmené sur des courses et j’ai adoré. On habitait aussi à quinze minutes du circuit de Spa et j’étais fan de Michael Schumacher. Mais voilà je me suis ensuite vite tourné vers le rallye et j’ai attendu d’avoir mon permis pour me lancer.

Tu l’as eu du premier coup ?

Oui tout à fait (sourire)

Tu te souviens de ta première voiture ?

J’ai eu pas mal de vieilles voitures avant le permis. Je ne pouvais pas rouler avec mais on avait des petits chemins et un grand champ derrière la maison donc on s’est un peu amusé et quand j’ai eu mon permis ces voitures-là n’étaient plus " immatriculables " parce qu’elles avaient souffert… Alors ma première vraie voiture c’était une Opel Kadett.

Ton premier accident, en rallye ou sur la route de tous les jours ?

Bonne question. J’en ai eu peu. Plus en rallye et certains très spectaculaires. J’ai fait quelques tête-à -queue, planté dans la neige, mais sinon j’ai eu très peu d’accidents sur la route de tous les jours, espérons que ça dure…

Quand on regarde quelques images de tes crashs en compétition, cela fait peur et on pense aussi à Nicolas Gilsoul, ton co-pilote. Vous devez vous faire confiance…

Oui c’est une relation de confiance. Pendant et en dehors des rallyes, pour la préparation. Il faut une parfaite collaboration. On se complète bien. Il compense mes points " moins forts " et l’inverse est vrai aussi. On s’aide mutuellement.

Vous avez des disputes ?

Pas des vraies disputes. Pas comme dans un couple (sourire)! Mais il faut se dire les chose quand elles doivent être dites, quand l’un ou l’autre n’est pas content. Mais pas de souci, on a l’habitude de se dire les choses avec l’expérience.

Tu as pratiqué un autre sport ?

Le foot, comme tout le monde. J’ai arrêté vers mes 14 ans. J’ai arrêté car j’avais des problèmes de genou.

Tu jouais à quelle place ?

Attaquant !

Tu avais une idole dans un autre sport ?

Uniquement Michael Schumacher. En étant germanophone on regardait la télé allemande et on ne parlait que de lui. J’étais fan de lui et de Bruno Thiry aussi. C’était un pilote de la région qui a fait une belle carrière en rallye.

Et, nous signale un internaute sur le live, Valentino Rossi aussi ?

Oui on s’est rencontrés au Monza rallye show il y a quelques années. Et depuis on échange encore régulièrement quelques messages par an. J’admire sa simplicité, sa longévité, sa carrière. Il reste zen, calme aussi malgré l’agitation autour de lui et il reste performant physiquement dans une discipline exigeante…je lui tire mon chapeau.

Tu reçois beaucoup d’encouragements sur ce live…Ce titre de champion du monde, ça t’obsède après quatre fois une deuxième place d’affilée ?

Je reste calme. On a un seul objectif désormais et on y travaille. On fait partie des 3-4 pilotes à se disputer les victoires en course et à jouer le titre jusqu’au dernier rallye. Ça finira bien par passer et on ramènera ce titre de champion du monde à la Belgique !

Thierry, on termine par un petit questionnaire spécial " Si le confinement était… ? "

Une Vue ?

J’ai la chance de voir la mer. Il y a des travaux sur toute la digue, mais je vois le bleu.

Un passe-temps ?

Je m’occupe de ma fille, Camille, elle a huit mois.

Un bruit ?

Les cris de ma petite fille !

Une chanson ?

Il y a une radio qui passe tout le temps les mêmes chansons toutes les 30 minutes là en boucle. Je les connais par coeur…

Un jeu ?

Pas de jeu. Je passe mon temps à gérer les mails et à gérer la société en Belgique, qui souffre un peu en ce moment…

Une odeur ?

Ma compagne cuisine très bien le midi et le soir, ça sent toujours très bon chez moi.

Un cocktail, histoire de faire un petit écart ?

Un truc avec un RedBull

Ah tu cites ton sponsor en direct !?

Oui avec une vodka…

Une lecture ?

Pas de livre mais je lis les news sur internet. J’échange aussi comme tout le monde beaucoup de messages avec mes amis, surtout sur WhatsApp.

Une série ?

Tchernobyl, ça m’a bien plu !

Enfin, Thierry, la première chose que tu feras en sortant du confinement?

J’essaierai de rentrer en Belgique pour voir la famille. Je monterai dans une " crosscar " de chez nous et je me défoulerai un petit peu dans la cour !