Rétro : le jour où Stefan Everts égale à Namur le premier record de Joël Robert

Dimanche 5 Août 2001, Citadelle de Namur, Stefan Everts dispute pour la première fois le championnat du monde 500cc qu’il domine. Et pourtant… il sort de 3 années mentalement très compliquées. Après avoir remporté 3 titres de champion du monde 250cc d’affilée (1995,96,97), Stefan Everts va connaître un échec cuisant dont il mettra du temps à se remettre. Il perd le titre mondial 1998 (250cc) face au français Sébastien Tortelli lors du dernier Grand-Prix en Grèce. Stefan Everts s’est écroulé, au sens propre comme au sens figuré, chutant dans la dernière manche et laissant la voie royale au français Tortelli.

L’hiver qui suit sera difficile. Stefan digère lentement sa défaite. Mais il n’a aucune idée de ce qui l’attend ! Chaque année, en début de saison, les principaux prétendants au titre mondial se retrouvent sur le circuit de Beaucaire, dans le sud de la France, pour une course de présaison. Une course pour retrouver ses futurs adversaires, se jauger, ressentir à nouveau le rythme de la compétition hors championnat. Beaucaire synonyme de plongée en enfer pour Stefan Everts. Il s’y blesse en 1999 (bras) et en 2000 (jambe). Ça aurait pu ressembler à une fin de carrière !

2001, Stefan Everts renaît avec le 72

Durant l’hiver, Stefan est au plus mal lorsque l’ancien champion du monde italien Michele Rinaldi l’appelle. Michele a été titré en 125cc en 1984. C’est un fin metteur au point qui s’est brillamment reconverti en montant et dirigeant l’équipe officielle Yamaha qu’il a conduit au titre mondial 500cc en 1999 avec l’italien Andrea Bartolini. Michele Rinaldi lui propose d’intégrer sa structure pour le championnat du monde 500cc 2001. L’italien est le seul à encore croire en lui. Il demande à Stefan Everts de choisir un numéro de course. Le Belge choisit le 72, celui de sa naissance (25/11/1972).


>>> Retrouvez notre section "Catalogue à la demande" avec les plus grands exploits sportifs belges, et quelques internationaux


Ce numéro de course va devenir porte-bonheur et rentrera dans la légende ! Son fils Liam (15 ans) le porte d’ailleurs toujours aujourd’hui !! Stefan Everts débarque à Namur le 5 Août 2001 en tête du championnat. Le circuit particulier tracé sur les flancs de la Citadelle est une offrande à son style de pilotage ultra-précis, hypertechnique. Un régal pour les puristes ! Une conjugaison entre la précision d’un trialiste, la finesse d’un enduriste et l’agressivité d’un motocross man.

Stefan égale un premier record de Joël à Namur

Joël Robert est présent en bord de piste. Lui, le plus jeune champion du monde de motocross en 1964 à 21 ans ; lui, le recordman des titres mondiaux (6), ne voudrait pour rien au monde manquer ce rendez-vous à Namur pour supporter celui qu’il considère comme l’un de ses successeurs : "Ce qui est formidable chez Stefan, c’est d’être revenu au top niveau en quelques mois après deux années d’inactivité. C’est un surdoué de la moto et un gros travailleur. Il y a quelques années, il m’avait dit que j’étais son dopage et m’avait demandé si je n’allais pas être fâché s’il battait mon record."

Stefan Everts lui répondra en toute humilité : "Je suis fier d’avoir emprunté le chemin d’un grand champion de motocross qui m’a servi d’exemple et pour lequel j’ai toujours eu le plus profond respect."

Il remporte à Namur son 50e Grand-Prix et égale ce premier record de Joël Robert. Quelques semaines plus tard, le 23 septembre au Grand-Prix d’Autriche à Kartenring, Stefan Everts décroche son premier titre mondial en 500cc. Stefan aura fait triompher les quatre marques japonaises : Suzuki 1991, Kawasaki 1995, Honda 1997-1998 et Yamaha 2001. Du jamais vu !

Stefan Everts égale aussi un prestigieux record, celui d’un autre belge, Eric "Mister 875" Geboers, en décrochant un titre dans les 3 catégories de l’époque (125cc + 250cc + 500cc = 875). C’est le 42e titre mondial pour la Belgique et ce ne sera pas le dernier ! C’est en tout ce qu’espère Stefan Everts à l’aube de la saison 2002 où il s’apprête à égaler le record le plus prestigieux de Joël Robert, un record qui tient depuis 30 ans : 6 fois champion du monde !