Maxime Martin : "Prêt à relever un nouveau challenge avec une marque mythique"

Maxime Martin
Maxime Martin - © GEORGES DE COSTER - BELGA

Après avoir roulé durant 7 ans pour BMW où il était devenu pilote officiel, Maxime Martin a décidé de quitter le constructeur allemand ainsi que le DTM. A 31 ans, le pilote bruxellois, vainqueur des 24 heures de Spa en 2016, va rejoindre Aston Martin. Une écurie mythique avec laquelle il va participer au WEC, le championnat du monde d'endurance, dans la catégorie GT. Maxime Martin espère ainsi enrichir encore un peu plus son palmarès. 

Maxime, vous quittez le DTM et surtout l'écurie BMW avec laquelle vous étiez sous contrat depuis 5 ans. J'imagine que la décision n'a pas été facile à prendre ?

"Non, cela n'a pas été une décision facile après 5 années passées chez BMW. J'ai fait du GT et du DTM principalement pendant 4 ans. J'ai gagné des courses et fait pas mal de podiums. J'ai donc réalisé de belles choses avec le constructeur allemand et puis j'ai aussi remporté les 24 heures de Spa l'an dernier toujours avec BMW. C'est vrai que j'avais envie de relever un nouveau challenge et d'écrire un nouveau chapitre dans ma carrière. Donc, après 5 ans, c'était le bon moment de passer à autre chose".

Alors, qu'allez-vous faire en 2018 ? Vous allez rouler en championnat du monde d'endurance ? 

"Exactement, j'ai signé chez Aston Martin Racing et je vais donc participer au championnat du monde d'endurance, le WEC. C'est bien sûr une super nouvelle mais cela a nécessité de longs moments de réflexions et pas mal de discussions avant de prendre la décision. Comme je viens de le dire, cela n'a pas été un choix facile de quitter BMW même si je suis très heureux de rejoindre un constructeur comme Aston Martin qui a une image et une longue histoire dans le sport automobile".

Quel sera votre objectif avec Aston Martin Racing en 2018 ?

"L'objectif est très clair : gagner des coures, être champion et remporter les 24 heures du Mans, la grande course du championnat. Aston Martin a gagné le double tour d'horloge en 2017 avec une voiture plus ancienne. L'an prochain, il y aura une nouvelle voiture, la Vantage GTE. Le nouveau modèle de route, la Vantage, est sortie en même temps que la voiture de course. Donc, c'est aussi un tout nouveau chapitre pour Aston Martin après 7 ans passés avec l'ancienne voiture. Donc, c'est sûr qu'il y a des ambitions. Beaucoup de moyens sont mis en oeuvre pour atteindre ces objectifs et faire quelque chose de bien".

Pas mal d'incertitudes planent au dessus du DTM avec l'annonce du retrait de Mercedes ?

"C'est vrai. Mercedes quittera le DTM fin 2018. Cela pose question sur l'avenir de cette compétition. J'espère vraiment que d'autres constructeurs vont s'impliquer dans cette série car c'est vraiment un top championnat mais le départ de Mercedes rend l'avenir du DTM incertain".

Le WEC en revanche, malgré les départs d'Audi et puis de Porsche, suscite toujours un certain engouement, surtout en GT où vous ne serez pas en terrain inconnu ?

"Non, pas du tout en terrain inconnu et heureusement d'ailleurs. Je connais bien les GT. Et puis dans le WEC, le championnat du monde d'endurance, surtout en GT, il y a de plus en plus de constructeurs qui s'impliquent. Il y a des bagarres entre 5 ou 6 constructeurs différents. Pour moi, c'est clairement l'avenir des constructeurs. Je pense donc que c'est très bien d'y être et surtout dans de bonnes conditions".

C'est donc un nouveau chapitre qui s'ouvre dans votre carrière ? 

"Un tout nouveau chapitre, effectivement. C'est vrai que ça va faire bizarre puisque j'ai passé 5 ans chez BM en tant que pilote officiel et avant cela j'avais déjà roulé 2 ans sur une BMW pour le team belge Marc VDS. Cela fait donc 7 ans au total avec la même marque. Donc, ça va faire bizarre au début de rentrer dans une autre voiture qui sera totalement différente avec une autre ambiance, une autre odeur mais en même temps je suis très excité par ce nouveau défi. La vie est faite de challenges. Je suis heureux de rouler pour Aston Martin et fier que ce constructeur réputé soit venu me chercher. C'est la preuve qu'Aston Martin croit en moi".

Après BMW, vous allez donc rouler pour une autre marque de renom ?

"Aston Martin, c'est mythique. Avec bien sûr, l'image de James Bond, l'agent 007. Je ne serai peut-être pas le nouveau James Bond, je vous rassure (rires) mais c'est vrai que c'est une marque  mythique dans le sport automobile."

En DTM, vous étiez le seul pilote belge, en WEC il n'y en aura pas beaucoup non ?

"Il y en a un peu plus car j'étais le seul pilote belge engagé en DTM. C'est vrai que nous ne sommes pas nombreux mais de manière générale il y a très peu de pilotes belges qui roulent pour des constructeurs. Les places sont chères dans les différents championnats, ce qui limite forcément le nombre de Belges".

Dernière chose, on vous verra début mai à Francorchamps dans le cadre des 6 heures  (WEC) mais vous pourriez aussi être au départ des 24 heures de Spa fin juillet ?

"C'est en tout cas une possibilité mais ce n'est pas encore confirmé. C'est clairement un souhait. Je vais tout faire pour y participer. J'adore cette course que j'ai remportée l'an dernier mais il faudra encore un peu attendre avant de pouvoir l'annoncer. C'est encore trop tôt pour pouvoir le dire. La priorité, c'est le championnat du monde d'endurance mais cela fait aussi partie de mes objectifs. Il y a un intérêt commun pour Aston Martin et pour moi de pouvoir faire plus de courses et donc j'espère bien être au départ des 24 heures de Spa".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK