F1 : L’abécédaire des essais hivernaux

Cette fois, c’est parti. Fini le temps de la présentation des nouvelles collections. Place aux premiers tours de piste avec les traditionnels essais hivernaux ou d’avant-saison. Gros changement par rapport aux années précédentes, ces essais se déroulent désormais sur trois jours, au lieu de six en 2020 et huit en 2019. Fini aussi le tracé de Barcelone et cap sur Bahrain, qui sera le théâtre du premier GP une semaine plus tard. La météo sera certainement plus représentative des conditions du premier RV de course. Le tracé de Bahrain comporte de multiples aspects mais il est très différent de celui en Catalogne.

 


►►► À lire aussi : Formule 1, toutes nos infos


Trois jours d’essais, avec une seule voiture par team, ce n’est pas beaucoup. Cela ne fait qu’un jour et demi par pilote. Et encore certaines écuries ont prévu de faire rouler leur pilote de réserve. Quoi qu’il en soit c’est peu de chose, surtout pour les rookies et ceux qui ont changé de crémerie. Trois teams seulement présentent le même duo de pilotes que la saison dernière. Il n’y a aucune limite de tours ou de kilomètres. Chaque jour on tourne de 10 à 14 heures locales et de 15 à 19 heures, ce qui veut dire que chaque fin de journée se déroulera sous éclairage artificiel.

Ces essais sont la première vraie opportunité de voir les F1 2021 en action et donc de nous donner une première idée de la hiérarchie. Ce n’est pas toujours le parfait reflet de la réalité parce que l’on ne connaît pas toujours les quantités d’essence embarquées, les régimes moteur adoptés et les pneus utilisés sont parfois différents d’un team à l’autre. C’est aussi l’occasion de contrôler tous les systèmes, de vérifier la corrélation entre la simulation et la piste, d’enregistrer un maximum de data (données techniques), de passer en revue toutes les procédures de pitstop et autres, de découvrir les effets des nouvelles règles aérodynamiques (fond plat, diffuseur et écopes de freins), d’évaluer les nouveaux pneus Pirelli, de passer en revue toute une panoplie de réglages.

Le fait de se retrouver plus loin de ses usines peut parfois poser un problème, notamment s’il y a soudain un urgent besoin de pièces. C’est arrivé souvent dans le passé. Faudra prévoir un maximum les différents scénarios envisageables.

 


►►► À lire aussi : F1 : Rétabli de sa fracture à la mâchoire, Fernando Alonso fera sa rentrée samedi


Le break hivernal a été assez court et la saison qui s’annonce devrait être la plus longue de l’histoire avec 23 GP au programme. Très souvent, même si les communications officielles évitent d’en faire écho, un pilote sent très vite la qualité du bolide dont il disposera tout au long de la campagne. Il m’est arrivé plusieurs fois d’entendre un compte rendu officiel et de constater que le body langage du pilote contredisait fortement le discours officiel. Quasi à chaque fois, c’est ce feeling du pilote qui était le meilleur reflet de la situation. En n’étant pas présent sur place, on ne pourra pas cette fois s’appuyer sur ce type de considérations. Tant pis, d’autant que nous serons à Bahrain pour le premier GP une semaine plus tard. D’ici-là, notre site sports RTBF ne manquera pas de vous tenir informé de tout ce qui se passe durant ces trois jours d’essais.

Ce vendredi, Mercedes fera rouler Bottas le matin et Hamilton l’après-midi. Red Bull verra Verstappen en piste toute la journée. Chez Ferrari, Leclerc sera au volant le matin et Sainz en seconde partie de journée. Vettel roulera en matinée avec son Aston Martin, comme le fils de son idole, Mick Schumacher.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK