1969, l'année Eddy Merckx mais aussi celle de … Jacky Ickx

Le 6 juillet prochain, le Tour de France fêtera les 50 ans de la première des cinq victoires d’Eddy Merckx, mais 1969 c’était aussi l’année de Jacky Ickx.

"1969, cela m’évoque une année érotique (sourire) et au-delà de cela de grands moments de sport ainsi que les premiers pas sur la lune et bien-entendu la première victoire d’Eddy Merckx au Tour de France, souligne Jacky Ickx en exclusivité au micro de la RTBF. J’ai une tendresse énorme pour lui. Personne ne battra jamais un palmarès comme le sien. Ce qui me fait dire de lui que c’est un champion planétaire comme les Cassius Clay, les Pelé. Ce sont des personnages uniques".

En 1969, à 24 ans, Jacky Ickx gagne les 24 heures du Mans et entre dans l'histoire de sport automobile. "C’est la victoire qui a eu le plus d’impact. Rarement, la victoire aura été aussi incertaine avec un écart d’une centaine de mètres entre les deux premiers. Cela ne s'est jamais reproduit. C’était aussi le début des Live en télé. Cela a été une victoire mémorable".

Vice-champion du monde de F1 derrière Jackie Stewart en 1969, il remporte aussi deux GP cette année-là. "Ma réussite, et pas seulement en 69, est d’avoir eu de bonnes voitures et des gens formidables qui ont travaillé à ce succès. Il faut aussi un très bon ange gardien et le mien a été utile".

Jacky Ickx avait la particularité d’être un véritable virtuose sous la pluie. "Je n’ai jamais aimé la pluie mais j’ai mieux roulé que les autres sous la pluie (sourire). Il y a une raison à cela. J’ai fait 5 années de moto en parallèle avec  l’automobile, cela vous apprend beaucoup de choses dans la gestion de l’accélérateur. Intellectuellement, lorsque vous avez la réputation d’être bon sur le mouillé, cela décourage les autres (sourire). Vous avez donc intérêt à exploiter cette faille dans le système".

"La deuxième vie commence quand on a compris qu’on n’en a qu’une. La plus enrichissante est celle quand on comprend qu’on n’est pas seul au monde et qu’on découvre un nouvel horizon. Celui-ci est de découvrir que sur cette planète, il y a 5 continents et celui qui m’a choisi c’est l’Afrique", conclut-il.

Comme son papa en 1951, Jacky Ickx reçoit le Trophée national du Mérite sportif en 1968. Voici son palmarès en 1969 :

  • vainqueur des 24 heures du Mans pour la première fois au volant du Ford GT 40 (une épreuve dont il deviendra le recordman avec six succès)
  • Vice champion du monde de Formule 1 derrière Jackie Stewart
  • Vainqueur des Grand Prix d’Allemagne et du Canada de Formule 1
  • Champion de Belgique des conducteurs toutes catégories
  • Vainqueur de la Gold Cup
  • Vainqueur des 500 kilomètres d’Imola
  • Vainqueur des 12 heures de Sebring
  • Vainqueur des Coupes de Spa
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK