Loeb ira sur le Dakar sans pression : "Au moins, je ferai une course en 2019 !"

Sébastien Loeb et Daniel Elena
Sébastien Loeb et Daniel Elena - © FRANCK FIFE - AFP

Dans une chronique publiée sur son site officiel, Sébastien Loeb est revenu sur les circonstances qui l'ont amené à participer au prochain Dakar au volant d'une Peugeot 3008 DKR (version 2017) privée, le constructeur français ayant décidé de mettre un terme à son programme sportif en rallye-raid.

"Les journées chargées se succèdent depuis la Catalogne avec la réflexion et la mise en place de mon programme 2019 notamment, a précisé le vainqueur du dernier rallye disputé en Espagne. Et puis évidemment, il y a la préparation du Dakar qui va arriver à grand pas. Pour revenir rapidement sur ma décision de prendre part au Dakar 2019, c’est assez simple. Au retour du rallycross des Etats-Unis, je n’arrivais pas à dormir avec le décalage horaire, je parcourais les réseaux sociaux et je suis tombé sur une vidéo de MINI qui préparait le Dakar. Je me suis dit : "Tiens, ça pourrait être sympa d’aller jouer avec eux et d’aller essayer de les titiller un peu !", mais à ce moment-là, je ne me doutais pas que Peugeot allait également se retirer du rallycross. Quand j’ai appris l’annonce de leur retrait quelques jours plus tard, je me suis dit qu'au moins, je ferai une course en 2019 !"

"Le fait d’y aller sans aucune pression, en tant que privés, à la sauce "Loeb-Elena", m’a vraiment tenté et m’a motivé, a repris le nonuple Champion du Monde des Rallyes. Ça ne m’est pas arrivé souvent d’être un outsider dans ma carrière et c’est un sentiment qui me plait pour cette aventure. Nous ne nous fixons pas vraiment d’objectif. On y va avant tout pour se faire plaisir. Avec Peugeot, il y avait forcément plus de moyens. Que ce soit sur la remise en état de la voiture qui repartait neuve tous les matins, les moyens humains, les moyens logistiques. Mais nous serons tout de même bien entourés ! Au niveau de la préparation par contre, nous partirons forcément avec un désavantage, sans avoir pu rouler en compétition avant le départ, faute de temps. On ne fera que quelques essais. Pour finir, la réglementation ne permet pas à un "top pilote" de rouler avec la 3008 DKR Maxi cette année. Je ne suis pas sûr d’être un "top pilote" en rallye raid mais je n’ai pas eu le droit ! On aura donc la 3008 DKR de 2017. Je n’ai aucune idée de ce que cela pourra donner face aux MINI et aux Toyota de 2018."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK