Fernando Alonso, libre après Le Mans et bientôt sur les traces de Jacky Ickx ?

A bientôt 38 ans, Fernando Alonso est à un tournant de sa carrière. Dans quelques jours, il prendra le départ des 24 Heures du Mans avec l’espoir de s’y imposer pour la deuxième fois d’affilée et de décrocher un premier titre de Champion du Monde en endurance. Ensuite, le pilote Toyota quittera la discipline avant de se fixer de nouveaux objectifs.

"C’était difficile pour moi de m’engager jusqu’en juin 2020, qui marquera la fin de la prochaine saison du WEC, a expliqué Fernando Alonso au micro de la RTBF il y a quelques semaines. Mais je ne sais pas encore ce que je ferai à l’avenir. Je voulais rester libre si une opportunité qui m’intéresse se présente. Une saison complète en IndyCar, un retour en Formule 1 en 2020, le Dakar... Je le répète, je veux être libre et prendre une décision en fonction des opportunités. J’ai l’impression d’être à un très bon moment de ma carrière en termes de pointe de vitesse, de motivation, de condition physique... Je suis à mon meilleur niveau, et je ne veux pas que tout s’arrête maintenant, parce que je me sens bien !"

Le Dakar en janvier 2020 ?

Avec Toyota, Fernando Alonso pourrait se lancer dans une toute nouvelle aventure et découvrir cet hiver le Dakar, qui se déroulera pour la première fois en Arabie Saoudite.

"J’ai fait des tests en rallye-raid avec Toyota, le Dakar est une possibilité, mais je vais devoir étudier tout cela et prendre une décision, peut-être, l’été prochain. J’ai pris du plaisir, mais j’ai surtout pris ça comme un cadeau. J’ai aussi fait des tests en Nascar, en MotoGP il y a deux ans… J’ai fait différents essais avec différentes machines ! Le Dakar, c’est quelque chose de complètement neuf pour moi. C’est de la terre, du sable, des dunes… C’est très différent, mais c’est une aventure aussi ! Rien de prévu à court terme, mais à long terme, cela peut être une possibilité. Pour l’instant, je n’ai pas les capacités nécessaires pour le faire. Je viens de l’asphalte, du circuit. Je ne sais pas comment lire une bosse, une dune, la navigation... Il y a plein de choses que je n’ai jamais faites ! Je dois être honnête avec moi-même : si des gens comme Carlos Sainz ou Sébastien Loeb n’ont pas su être compétitifs tout de suite sur le Dakar, comment moi pourrais-je l’être ? Mais avec du temps, on peut devenir compétitif."

Lorsqu’on lui apprend que Jacky Ickx est le seul à avoir réussi à s’imposer en Formule 1, aux 24 Heures du Mans et sur le Dakar, Fernando Alonso a le visage qui s’illumine. L’Espagnol est assoiffé de records, de défis, et veut marquer à jamais l’histoire du sport automobile.

"Pour y arriver, il faut ce genre de talent, de ressources, dont Jacky disposait. Pouvoir conduire n’importe quoi à son niveau maximum ! Ce n’est pas évident, mais c’est ce genre de challenge qui vous motive. C’est dans mon ADN de pilote : ma manière de prendre du plaisir dans ce sport, c’est aussi d’avoir l’objectif de devenir l’un des plus grands. Et Jacky a été l’un des plus grands, j’espère pouvoir suivre quelques-uns de ses succès…"

"La Formule 1 ne me manque pas vraiment... pour l'instant"

Mais le dernier défi en date de Fernando Alonso a été l’un des échecs les plus cuisants de sa carrière. Incapable de se qualifier pour les 500 Miles d’Indianapolis au volant d’une McLaren trop lente, il a dû remettre ses rêves de "Triple Couronne" à plus tard. Et les rumeurs les plus folles le renvoient en F1, chez Ferrari, où il remplacerait Sebastian Vettel. L'Allemand a démenti vouloir prendre sa retraite, et l'Espagnol, lui...

"La Formule 1, pour l’instant, cela ne me manque pas vraiment ! Je sais à quel point la F1 est éprouvante, il faut s’y consacrer totalement. Et cette année, avec les 500 Miles d’Indianapolis et les 24 Heures du Mans, j’avais d’assez grands challenges à relever, et je ne pouvais donc pas me consacrer entièrement à une saison de Formule 1. Je regarde les Grands Prix à la maison, à la télévision, c’est plus relax ! Pour le moment, cela ne me manque pas. Mais je passe un meilleur week-end quand je conduis que quand je suis à la maison. J’aime ce que je fais, j’aime mon job. J’aime ce sport, mais j’aimerais aussi devenir le pilote le plus complet au monde ! Après Le Mans, je prendrai un peu de vacances, ces cinq premiers mois de l’année ont été très intenses. Après le mois de juin, je veux prendre un peu de repos et réfléchir à ce que je ferai ensuite."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK