Dakar 2021, 11e étape : Peterhansel et Benavides proches de la victoire finale

Stéphane Peterhansel
Stéphane Peterhansel - © FRANCK FIFE - AFP

Stéphane Peterhansel (Mini) s’est rapproché d’un quatorzième titre au Dakar en conservant une marge d’un quart d’heure d’avance sur le Qatari Nasser Al-Attiyah (Overdrive Toyota) à la veille de l’arrivée. La 11e étape jeudi, la plus longue du rallye avec plus d’une centaine de kilomètres de dunes sur les 522 chronométrés, a vu le Français concéder un peu moins de deux minutes à son rival pour la victoire finale.

Stéphane Peterhansel a terminé en effet à 1 : 56 de Nasser Al-Attiyah et conserve un peu plus d’un quart d’avance (15 : 05.) au classement général. Le troisième, Carlos Sainz (Mini) est à plus d’une heure (1h04:14.). L’Espagnol a terminé 3e jeudi à 2 : 26. d’Al-Attiyah. Le Saoudien Yazeed Al Rajhi, à 4 : 02., complète le top 4 du jour. Côté belge, Fabian Lurquin, co-pilote du Français Mathieu Serradori (SRT Racing) est arrivé à 19 : 29. soit une 10e place au classement provisoire.

Vendredi à Jeddah, arrivée de la 12e et dernière étape, Peterhansel aura l’opportunité de décrocher un 14e titre au Dakar. Vainqueur de 1991 à 1998 en moto puis à sept autres reprises en voiture à cheval entre l’Afrique (3 succès) et l’Amérique du Sud (4), le Français s’apprête à s’imposer sur un 3e continent différent.

Benavides aborde la dernière étape avec plus de 4 minutes d'avance sur Sunderland en moto

Le suspense sera plus intense dans la catégorie motos. Le leader Kevin Benavides (Honda) abordera la 12e et dernière étape avec 4 minutes et 12 secondes d'avance sur le Britannique Sam Sunderland (KTM), vainqueur de la 11e étape avec 6:24 d'avance sur l'Argentin.

L'Américain Ricky Brabec (Honda) est lui 3e du général à 7:13. De quoi faire miroiter à l'Argentin un premier succès dans cette épreuve.

"Je partais 3e ce matin et on a fait du bon travail avec Ricky (Brabec, ndlr), il y avait de la navigation et aussi beaucoup de sable. J'ai ouvert la route à partir du km 200 et Ricky a bien attaqué avec moi dans les dunes. Ce n'est pas facile de rouler en tête toute la journée, mais nous sommes là. Demain, je vais attaquer comme tous les jours", a confié Kevin Benavides à son arrivée au bivouac.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK