Scandale dans le monde gymnique : les entraîneurs de Nina Derwael reconnaissent les abus et présentent leurs excuses

C’est une petite bombe… même si elle n’est (pour l’instant ?) pas assortie de sanctions. Après le scandale qui avait éclaté l’été dernier, suite à des déclarations d’anciennes gymnastes dénonçant des abus physiques et psychiques de la part de nombreux entraîneurs, la Commission d’enquête indépendante mise en place dans la foulée a présenté aujourd’hui ses conclusions. Elles sont sans appel.

Après avoir entendu des dizaines de protagonistes (gymnastes, entraîneurs, dirigeants, experts), la Commission mise en place par le Ministre flamand du Sport Ben Weyts relève de nombreux actes d’intimidation et de violence à l’égard d’athlètes qui, pour la plupart, sont mineurs.

La ligue flamande de Gymnastique, Gymfed, était au courant des plaintes et n'a pas fait assez pour y remédier " a expliqué Bart Meganck, le président de la commission d'enquête. " Les gymnastes ont eu le sentiment que leurs plaintes n'ont pas été entendues. La recherche de la performance a été privilégiée et ce, au détriment des athlètes. L'attention portée à la personnalité de l'athlète était trop faible. Des occasions ont été manquées pour reconnaître les plaintes des gymnastes. Gymfed aurait pu être plus disponible pendant cette période. "

La Commission reconnait que des améliorations ont été apportées, notamment par la mise en place de comités éthiques et d’un meilleur encadrement des athlètes.

Excuses sincères…

Gymfed a pris connaissance ces derniers jours du rapport présenté aujourd’hui, et en a débattu avec ses entraîneurs.

Parmi eux, les principaux à être mis sur la sellette étaient les entraîneurs français de Nina Derwael et de l’équipe féminine belge, Marjorie Heuls et Yves Kieffer, accusés de comportements autoritaires et humiliants. Dans une communication vidéo enregistrée, le couple a regretté certains actes du passé et présenté ses excuses.

 

2 images
Scandale dans le monde gymnique : les entraîneurs de Nina Derwael reconnaissent les abus et présentent leurs excuses © ERIC LALMAND - BELGA

Nous reconnaissons que notre approche était trop dure et trop axée sur la performance " déclare Marjorie Heuls. " En faisant cela, nous avons fait du mal aux gymnastes, les blessant profondément. Nous le regrettons, mais nous n’avons jamais eu l’intention de les blesser ou les dénigrer. Nous voulons activement participer à la guérison de ces blessures et tirer des leçons de ces expériences. Nous vous présentons nos sincères excuses. "

Et Yves Kieffer d’embrayer : " Nous nous engageons à travailler avec les recommandations de la Commission. Nous coopérerons de manière constructive et loyale au changement de culture nécessaire dans notre sport. Nous voulons contribuer à garantir un climat sportif sain et éthique. "

Raison d’Etat ?

Une belle déclaration d’intention… mais qui sonne un peu faux en regard des lourds chefs d’accusation. En attendant, le clash est évité, que certains pressentaient sous la forme d’un limogeage ou d’une démission.

Il est vrai que Nina Derwael, l’une de nos plus grandes chances de médaille au JO de Tokyo, avait été claire en annonçant qu’elle faisait cause commune avec ses entraîneurs. En clair, qu’elle n’irait pas à Tokyo sans eux… La Raison d’Etat a-t-elle prévalu ?

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK