Le village olympique est-il, comme on le dit, le grand village du sexe ?

Le village olympique est-il, comme on le dit, le grand village du sexe ?
Le village olympique est-il, comme on le dit, le grand village du sexe ? - © YASUYOSHI CHIBA - AFP

Aux Jeux Olympiques il y a la pression, le stress de la compétition, mais il y a aussi la décompression. Au Village Olympique, une marque de préservatifs y a pensé. Des préservatifs sont disponibles gratuitement pour les athlètes. Et en grande quantité… Erik Libois a mené l’enquête. Et répond à cette question : le village olympique est-il vraiment comme on le dit, le grand village du sexe ?

10.000 sportifs dans la fleur de l’âge durant 2 semaines dans un bocal, cela s’appelle le village olympique. "Les préservatifs sont distribués surtout à la cafétéria. Il y a des distributeurs et on peut se servir tant qu'on veut. Les Belges passent par là aussi" déclare Luc Rampaer, l’attaché de presse de l’équipe belge.

Pour la quinzaine, le fournisseur a prévu 450.000 préservatifs, 42 par sportif. Wannes Van Laer fait de la voile: "Moi, je n'ai encore rien reçu. je ne sais même pas où on les reçoit." Les cyclistes eux sont au courant: "Ça et là dans les distributeurs, c'est en self service et c'est gratuit. C'est une bonne initiative" déclare Philippe Gilbert. "42 par athlète... mais je ne vais pas m'en servir. A mon avis, on distribue cela pour motiver l'athlète je pense (Rires)" ajoute Greg Van Avermaet.

"C'est vrai qu'ici on a vu 2-3 distributeurs. On en parlait déjà à Londres où il y avait aussi des quantités énormes mais pour être honnête, j'en avais même pas vu un. Il n'y a pas d'alcool dans le village, il ne se passe pas grand chose" termine le hockeyeur Tom Boon.

Et pourtant un ex-athlète belge nous le confirme hors micro, il a multiplié les conquêtes au village. Oui, le village olympique est le grand village du sexe. "Il faut bien s'imaginer qu'après les Jeux, tout le monde se relâche. Ça fait 4 ans qu'on s'entraine dur, qu'on a pas le droit de boire ou de faire la fête. 1 ou 2 verres peuvent déjà suffire pour avoir des drôles de photos ou vidéos sur internet." ajoute Wannes Van Laer.

"Je crois que c'est une action de communication qui est bien menée" analyse Luc Rampaer. "Par les temps qui courent, c'est bien de se préserver et c'est pas plus mal de faire une bonne publicité pour le préservatif."

Le mot de la fin revient à Thierry Van Cleemput, le coach de David Goffin: "David il dort avec moi, dans ma chambre. Il est en couple, moi je suis marié, heureux et père de deux enfants. On ne m'a pas donné de préservatif. Un brassage de génération comme cela, avec le relâchement d'après compétition, il vaut mieux les protéger et c'est bien de mettre des préservatifs à disposition."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK