JO Tokyo 2020 – Riner, Biles, Thiam, van Aert : 10 phrases marquantes des Jeux Olympiques

La flamme est éteinte depuis ce dimanche… les Jeux Olympiques de Tokyo sont officiellement clos. Si les athlètes nous ont fait vivre des moments magiques entre beaux gestes, chutes et larmes, ils nous ont également offert des déclarations aussi marquantes les unes que les autres. Voici dix phrases qu’on a retenues lors de ces Jeux Olympiques.

Roi du sprint mondial et cinq fois médaillé d’or olympique aux Jeux de Tokyo, le nageur américain Caeleb Dressel a vécu une semaine de compétition éprouvante. "Je suis vraiment content que ce soit fini, je ne vais pas le cacher. Là, j’ai envie de tout sauf de nager", a déclaré le nageur de 24 ans au terme de ses Jeux. Des vacances bien méritées pour Dressel qui, malgré l’énorme pression qui s’est abattue sur lui durant la compétition, est reparti avec 5 médailles d’or.

La gymnaste américaine était attendue comme la grande star de ces Jeux Olympiques. Malheureusement, avant le début du concours général de gymnastique par équipes, Simone Biles a annoncé son forfait pour raison médicale. "Je n’ai plus autant confiance en moi qu’avant […] J’ai l’impression que je ne prends plus autant de plaisir qu’avant. Je sais que ce sont les Jeux, je voulais les faire pour moi seule, mais j’y participe en fait pour d’autres", a-t-elle expliqué. Biles est finalement revenue à la compétition lors de la finale de la poutre lors de laquelle elle a remporté une belle médaille de bronze.

Je pense avoir besoin de quatre ou cinq ans pour réaliser, comprendre ce qui s’est passé

Teddy Riner était lui aussi attendu au tournant. Toute la France espérait voir le judoka décrocher sa troisième médaille d’or olympique consécutive, il n’en sera finalement rien. Le Français s’est néanmoins consolé avec une médaille de bronze après avoir battu le Japonais Hisayoshi Harasawa. "Mes enfants voulaient une médaille, pour la couleur ils n’y verront que du feu", a plaisanté le colosse.

Un autre Français s’est mis en évidence par ses déclarations mais lui est reparti victorieux de Tokyo. Nikola Karabatic, champion olympique de handball avec les Experts pour la troisième fois de sa carrière, a comparé son grand palmarès à celui d’un nageur (qui peut participer à plusieurs épreuves durant les JO) : "Trois fois champions olympique, quatre médailles, c’est fou, c’est un palmarès de nageur ! J’ai du mal à réaliser ce qu’on a fait et cette médaille, c’est peut-être aussi le fait que la salle soit vide".

La surprise des JO, le sprinteur italien Lamont Marcell Jacobs, qui a succédé au légendaire Usain Bolt sur 100 mètres, est toujours sur son petit nuage après son exploit. "Mon seul rêve en arrivant ici était d’entrer en finale. C’est incroyable, je n’ai pas de mot pour décrire ce moment. Je pense avoir besoin de quatre ou cinq ans pour réaliser, comprendre ce qui s’est passé", a-t-il expliqué. Quelques jours plus tard, Jacobs a remporté une deuxième médaille d’or avec l’Italie dans le relais 4x100 m.

Kévin Borlée : "On va toujours plus vite. On est régulier. Et on n’est jamais récompensé… Y en a marre"

Les athlètes belges ont eux aussi partagé avec nous des déclarations mémorables. C’est le cas du cycliste Wout van Aert, qui a décroché une médaille d’argent après avoir fait le maximum sur la course sur route. Grand habitué de la deuxième place, le Belge a cette fois savouré cette médaille d’argent : "Cette médaille est très lourde… et belle. Je pense que c’est la première médaille d’argent que j’aime. D’habitude, ce n’est pas une récompense que j’aime mais aux Jeux Olympiques, c’est quelque chose de spécial. C’est la première chose que je vais montrer à mon fils".

Jérôme Guéry, médaillé de bronze aux côtés de Grégory Wathelet et Pieter Devos en jumping par équipes, était lui aussi très heureux d’avoir rapporté une médaille à la Belgique. Très ému à l’interview, le cavalier n’a néanmoins pas perdu le nord : "C’était un rêve mais on a travaillé pour avoir cette médaille, on la mérite. C’était notre objectif et on l’a fait. Moi qui adore faire la fête, ça va être plus qu’une petite fête ce soir !". Santé !

Il y a six ans, j’étais fier de gagner le jogging de Charleroi

Nafissatou Thiam a vécu un grand moment d’émotion après son sacre olympique en heptathlon. Après la dernière épreuve, le 800 mètres, la Belge a eu l’occasion de parler à ses proches en visioconférence. Et l’attention de la Belge s’est portée… vers son chien. "Est-ce que Blue a regardé ma course ?", a-t-elle demandé. "On a été obligé de mettre Blue dans le couloir parce qu’il voulait monter sur l’ordinateur. Il sait que tu as gagné, il est content", lui a alors répondu sa maman.

Le Belge Ismael Debjani n’a pas remporté de médaille mais était pourtant très fier de lui après son élimination en demi-finale du 1500 mètres. Il faut dire que Debjani vient de très loin : "Il y a six ans, j’étais fier de gagner le jogging de Charleroi, aujourd’hui je suis demi-finaliste des Jeux Olympiques à Tokyo. Je fais partie du Top 24, je n’ai rien à me reprocher cette saison".

Enfin, on termine avec une petite note de déception avec Kevin Borlée qui était évidemment dépité après une 3e quatrième place sur le relais 4x400. Malgré une magnifique course des relayeurs belges et un nouveau record de Belgique, Kévin n’a pu cacher sa tristesse à l’interview : "On va toujours de plus en plus vite. On est régulier. Et on n’est jamais récompensé… Y en a marre".



►►► À lire aussi : Bilan international des Jeux… Difficile de ressortir LA star

►►► À lire aussi : "Plus vite, plus haut, plus fort - ensemble", 7 moments qui ont sublimé l'esprit olympique


Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK