JO Tokyo 2020 – Ismaël Debjani : "Il y a six ans, j’étais fier de gagner le jogging de Charleroi, aujourd’hui je suis demi-finaliste olympique"

Eliminé en demi-finale du 1500m, Ismael Debjani était logiquement déçu à l’interview après sa course. Déçu de ne pas avoir su rééditer sa prestation des séries et d’avoir perdu le sillage du groupe des favoris dans le dernier tour de piste.

"C’est parti très vite. Quand j’ai accéléré pour rattraper le groupe, j’ai eu un peu mal à mon tendon d’Achille et j’ai eu peur. J’ai mal depuis quelques semaines et le temps de freiner un petit peu, ils étaient partis. Mentalement j’ai eu dur. Si je n’étais pas dans le Top 7 c’était foutu, vu qu’il n’y avait que deux repêchés au temps, donc je n’ai pas forcé, j’ai fini en roue libre" expliquait-il au micro de David Bertrand.

Mais malgré cette frustrante élimination, le Belge voulait retenir le positif de cette 1e expérience olympique : "C’était magique. J’ai fini premier mardi, je finis dernier aujourd’hui, certains diront que c’est n’importe quoi mais je suis fier de moi, fier de mon parcours. Je viens de très loin. Il y a six ans, j’étais fier de gagner le jogging de Charleroi, aujourd’hui je suis demi-finaliste des Jeux Olympiques à Tokyo. Je fais partie du Top 24, je n’ai rien à me reprocher cette saison. Elle est parfaite."

Prochain rendez-vous pour le Belge, au Mémorial Van Damme où il s’alignera une dernière fois sur 1500m avant de mettre le cap sur une nouvelle discipline, le 5000m. Avec en ligne de mire, les Jeux de Paris en 2024.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK