JO 1920: Georges Hebdin, le joueur britannique champion olympique avec l'équipe belge de football

Georges Hebdin
Georges Hebdin - © Tous droits réservés

La Belgique a décroché son seul titre olympique en football il y a maintenant un siècle, lors des jeux olympiques organisés à Anvers. Parmi les joueurs qui ont participé au sacre, plusieurs profils sont atypiques. Nous vous proposons aujourd'hui de découvrir celui de Georges Hebdin, le "Petit Prince" de l'Union.

Georges Hebdin est né à Bruges en 1889. Rapidement, il rejoint l'Union Saint-Gilloise en 1903, club où il fera l'ensemble de sa carrière, au point d'en devenir un des personnages clés de son histoire.

Il débute en 1906 au sein de l'équipe première unioniste. L'étudiant de 17 ans gagne rapidement ses galons et creuse son trou dans la ligne offensive de l'USG. Tour à tour extérieur gauche ou attaquant, il décroche 4 titres de champion de Belgique (1907, 1909, 1910, et 1913) et 2 Coupes de Belgique (1913 et 1914) durant les 16 années qu'il preste au plus haut niveau. Il joue 211 matches et marque 81 buts. Rapide, combatif et puissant, il possède une force de caractère au dessus de la moyenne, ce qui participe à l'affection que lui porte le public de l'Union.


>> Retrouvez ici tous les articles déjà publiés sur les Jeux olympiques de 1920


Ses qualités ne passent pas inaperçues. Dès 1908, il est sélectionné avec les Diables rouges pour affronter l'équipe d'Angleterre des amateurs (avec une défaite 2-8 à la clé). Il dispute 3 matches avec la Belgique avant que le comité national de sélection ne soit contraint de le laisser à la maison. En effet, bien que né en Belgique, Georges Hebdin est Britannique, comme ses deux parents! Il lui est donc impossible de continuer à représenter un pays dont il n'a pas la nationalité.

Heureusement pour lui (et une poignée d'autres joueurs de l'époque), en 1912, la FIFA introduit une nouvelle règle: les étrangers qui résident depuis au moins 10 ans dans un pays peuvent jouer pour ce pays. Le voilà réhabilité. Il est donc de nouveau sélectionné dès 1913 et sera de l'aventure des Diables à Anvers en 1920, comme 5 autres Unionistes. Il dispute le 1/4 de finale contre l'Espagne (victoire 3-1). Au total, il jouera 12 matches sous la vareuse belge. 

Sa carrière terminée, il reste attaché à son club professionnel, dont il sera administrateur. Il décède le 26 mars 1970, et repose avec un maillot de l'Union à ses côtés.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK