Gymnastique, à la rencontre de Takumi Onoshima : "C’est magique d’avoir cette sensation de voler"

C’est à l’âge de 8 ans que Takumi Onoshima découvre la gymnastique, en regardant à la télévision un japonais virevoltant à la barre fixe lors des Jeux de Pekin en 2008, c’est le coup de foudre, le début d’une belle histoire.

"Ce que j’aime dans ce sport, c’est sa diversité, sa complexité, son élégance. C’est un mélange d’équilibre, de force, de puissance, et c’est presque impossible d’atteindre la perfection.

C’est magique d’avoir cette sensation de voler, de planer, de vitesse, c’est quelque chose de sensationnel."

Takumi va intégrer le centre de haut niveau de Mons pour parfaire ses gammes sur les différents engins et représenter la Belgique sur la scène internationale.

"Mon agrès préféré : les barres parallèles. Je l’aime pour sa diversité. On peut être à la fois au-dessus, en-dessous, sur les côtés, en suspension, en salto. C’est un agrès très beau à regarder je trouve, c’est un agrès que j’aime beaucoup parce que je me sens à l’aise dessus et les sensations qu’il procure sont vraiment agréables."

Quant à son style, impossible de renier ses origines, la maman de Takumi est  japonaise.

"Je le sens en fait dans ma gymnastique ou dans mon sport, on voit que j’ai quand même une petite culture japonaise. C’est une sensation de légèreté, de facilité, que les Japonais ont quand on les regarde faire de la gymnastique."

Malheureusement Onoshima ne sera pas du voyage à Tokyo, il devra remettre à plus tard son rêve olympique.

"L’objectif principal était d’envoyer une équipe à Tokyo. Malheureusement l’équipe n’a pas pu se qualifier aux Championnats du Monde 2019 à Stuttgart. Oui c’est une déception pour moi de ne pas aller à Tokyo mais je suis encore un peu trop jeune pour ces JO, mon véritable objectif c’est Paris en 2024."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK