Du fun aux JO en six mois, de la Colombie à la Corée en une semaine

Image d'illustration
Image d'illustration - © MLADEN ANTONOV - AFP

Sa convocation est si tardive et inattendue que Laura Gomez n'a même pas d'uniforme olympique. Il faut dire que cette Colombienne n'a débuté le patinage de vitesse qu'il y a six mois pour s'amuser et que l'invitation pour Pyeongchang l'a surprise chez elle il y a seulement sept jours.

"Je suis encore sous le choc parce qu'on ne m'a prévenue que la semaine dernière", a déclaré la jeune femme de 27 ans, à 48 heures de l'ouverture des JO-2018.

"Être en Corée est une énorme surprise, je ne sais pas comment je suis là", a ajouté celle qui sera la première Colombienne à participer aux épreuves olympiques de patinage de vitesse, tout comme son compatriote Pedro Causil.

"J'ai débuté (le patinage de vitesse) en juillet et c'était juste pour m'amuser... et me voilà maintenant aux jeux Olympiques", raconte-t-elle comme en plein rêve.

Laura Gomez sait patiner: elle a déjà représenté la Colombie en compétitions de roller. Après quelques mois d'entraînement sur la glace, elle était sur la liste de réserve pour les épreuves de patinage de vitesse à Pyeongchang et a bénéficié de l'exclusion de sportifs russes dans le cadre du scandale de dopage.

Après le choc de sa convocation, c'est un autre choc qui l'attendait à Pyeongchang: le froid qui a atteint les -20°C ces derniers jours.

"Il fait froid, c'est horrible parce que nous sommes habitués à l'été à longueur d'année, a commenté la Colombienne. Mais c'est le véritable hiver et ça tombe bien, nous sommes aux jeux Olympiques d'hiver !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK