Cliché olympique : Un sprint dans les coursives pour des filles en or

La joie et la surprise d'Olivia Borlée, Kim Gevaert, Elodie Ouedraogo et Hanna Marien capturées par l'objectif de Vincent Kalut
8 images
La joie et la surprise d'Olivia Borlée, Kim Gevaert, Elodie Ouedraogo et Hanna Marien capturées par l'objectif de Vincent Kalut - © Vincent Kalut - Photo News

Les Jeux Olympiques de Tokyo auraient dû se tenir du 24 juillet au 9 août. Nous avons décidé de profiter de cette période pour revisiter la mémoire des photographes de presse, ces témoins de l’instant, ces capteurs d’émotions. Vincent Kalut (Photonews) ouvre le livre de ses souvenirs olympiques à la page Pékin 2008. Le 22 août précisément.


>> Lire aussi : Dans les yeux de Tia, l'art du placement
>> Lire aussi : Un film oublié pour la finale du 100 m et une leçon pour la vie
>> Lire aussi : Un feu d'artifice spectaculaire pour récompenser 10 heures d'attente



Deux jours avant la fin des JO, la Belgique débloque enfin son compteur médaille grâce à un quatuor magique composé d’Olivia Borlée, Hanna Mariën, Elodie Ouedraogo et Kim Gevaert.

Derrière son objectif, Vincent Kalut attend sous le panneau des résultats. Kim franchit la ligne en deuxième position, rapidement rejointe par Olivia, Hanna et Elodie. Le photographe voit les quatre filles se rassembler, sans connaître le résultat. "On voit vraiment l’émotion. Je sens – au moment que je déclenche – que je suis en train de faire une image qui va rester pour des années. Quand on voit qu’elles regardent qu’Elodie se cache le visage, parce qu’elle n’ose pas regarder, on sait qu’il y a une médaille. Mais je ne sais pas si elle est en or, en argent ou en bronze."

C’est de l’argent, un argent qui se transformera en or 8 ans plus tard suite au déclassement de la Russie en raison du dopage d’une des relayeuses.

La magie de la première vision

Vincent Kalut a imaginé le cliché au moment d’appuyer sur le déclencheur. Il a une idée précise. Mais il ne l’a pas encore vu. "On n’ose même pas regarder si elle est bonne. Quand vous avez vérifié qu’elle est bien nette, vous vous dites 'ok', j’ai l’image. C’est celle-là qu’il faut envoyer".

Le passage de l’argentique au numérique, n’a pas effacé la magie de la révélation. "La magie reste la même. Que la photo sorte d’une machine qui la développait ou qu’elle apparaisse sur un écran, pour moi l’émotion est la même".

 

"C’est un moment dans une carrière de photographe que vous n’oubliez pas". Encore plus pour Vincent qui a accompagné la montée en puissance du relais. Au fil des années et des shootings photos (dont un avec un F16 à Beauvechain), il a tissé un lien particulier avec les "girls" de Rudy Diels.

De l’anticipation et un brin de chance

Pour capturer cet instantané de joie et de surprise, Vincent Kalut n’a pas choisi sa position par hasard.

"Il y a toute une anticipation. On a passé toute la semaine dans le stade de Pékin. Donc on sent un peu où ça va se passer. J’avais choisi de me mettre 20 mètres après la ligne d’arrivée parce que j’espérai qu’elles se retrouvent là. Si j’étais resté près de la ligne, je les aurais eues de côté".

"Quand elles gagnent (leur médaille, ndlr), ce n’est pas fini. Le Birdnest, le magnifique nid d’oiseau, est tellement immense et le coach est complètement de l’autre côté du stade. Nous les photographes, on est positionné entre la piste et le public. Ce sont des coursives, des fosses qu’il faut monter et descendre. Il a fallu faire tout le tour en même temps qu’elles. Courir, courir avec tous les objectifs. Pour arriver au moment où elles pleurent, Olivia dans les bras de son papa, les autres dans ceux de leur entraîneur. Quand j’ai fait le chemin inverse, je me suis dit 'j’ai fait tout ça'. Pour moi, ça avait duré quelques micros secondes. Alors que j’ai couru pendant dix minutes. Le plus important c’est d’avoir l’image."

L’épilogue doré en 2016

Cette belle histoire se termine 8 ans plus tard, au Stade Roi-Baudouin, un soir de Mémorial Van Damme. Olivia, Hanna, Elodie et Kim reçoivent enfin leur médaille d’or. Vincent est encore là pour immortaliser le moment.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK