Beckers : "Les Jeux auront lieu, ils doivent avoir lieu et pas uniquement pour des raisons économiques"

Pierre Olivier Beckers, membre influent du CIO et Président du COIB, martèle avec conviction que les Jeux Olympiques de Tokyo auront lieu. Notre compatriote va même plus loin : "ils doivent avoir lieu". Il détaille pourquoi leur tenue est indispensable.

L’organisation des JO de Tokyo est décidément tout sauf un long fleuve tranquille. Après le report, les incertitudes liées à leur tenue, l’édition japonaise a été frappé par un scandale impliquant l’une de ses figures de proue. Suite à ses propos sexistes, Yoshiro Mori a démissionné. "C’était inévitable. C’était la seule solution qui pouvait mener à un apaisement. Cela montre aussi que les comités olympiques et paralympiques défendent l’égalité des genres envers et contre tout". Et Beckers de rappeler que le CIO œuvre au quotidien pour cette parité.

Le comité d’organisation japonais, même privé de son président, va garder le cap, assure notre compatriote. "La démission monsieur Mori et l’incident qui y est lié n’auront aucune incidence sur la capacité de délivrer les Jeux. Le comité d’organisation est en place, les Jeux étaient prêts à être organisés l’an dernier. Ils le sont cette année".

"Une magnifique lumière au bout du tunnel"

"Je suis convaincu que les Jeux auront lieu", insiste-t-il. "Ils ont la capacité d’être organisé sur un plan technique et sanitaire. Ces Jeux doivent avoir lieu. Tout d’abord pour les athlètes eux-mêmes qui ont tant sacrifié de leur jeunesse et qui ont le droit de réaliser leurs rêves aux Jeux Olympiques. Ils doivent avoir lieu pour le Japon, le peuple japonais a énormément donné. Les Jeux doivent avoir lieu pour la population mondiale. Le plus grand événement pacifique sur terre est une magnifique lumière au bout du tunnel. Cela apporterait beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Et enfin, les Jeux doivent avoir lieu pour des raisons financières. La plupart des fédérations dépendent énormément de la rétribution que peut faire le CIO à l’occasion des JO. Le CIO redistribue 90% des revenus qu’il perçoit pour soutenir le sport dans le monde entier".

L’économie prend-elle le pas sur la santé ? "Les deux sont importants et ne sont pas opposés. Il est évident que l’aspect sanitaire prime. Si le comité d’organisation ne peut pas garantir la santé des athlètes et de la population japonaise, alors ils ne pourraient pas se tenir. Mais tous les protocoles sont en place. La seule chose qui est incertaine, c’est le niveau de protocole qu’il faudra pour assurer les aspects sanitaires et la sécurité. Et grâce à la tenue de ses Jeux, les aspects économiques seront également sauvés."

"L’Olympisme ne va pas perdre son âme", poursuit-il. "Il va montrer qu’il a cette capacité de fédérer et de rassembler des hommes et des femmes dans des compétitions qui seront extraordinaires. C’est ça le rêve olympique : mettre le sport au service de l’humanité. A un moment où l’humanité en a bien besoin".

Selon Pierre-Olivier Beckers, le CIO a tout mis en œuvre pour conserver une certaine universalité. Des doses de vaccins sont par exemple fournies tous les comités nationaux. "Tous les pays qui le souhaitent pourront être présents", conclut-il.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK