Ayub Musaev, lutteur : "Etre le meilleur au monde"

C’est dans son club le Sultan qu’Ayub Musaev nous donne rendez-vous. C’est une salle comme il n’en n’existe plus beaucoup. Le vestiaire est rudimentaire, c’est ici que le jeune athlète d’origine russe a découvert le sport il y a près de 10 ans. C’est ici qu’il travaille sans relâche plusieurs fois par semaine.

"Je viens de Russie, je suis venu en Belgique à l’âge de 2 ans. J’ai commencé à m’entraîner ici quand j’avais 9 ans. C’est un ami qui m’a proposé ce sport, je suis allé une fois à la salle. A partir de ce moment j’ai aimé et j’ai continué la lutte."

Ayub est originaire du Daghestan, une République de la Fédération de Russie. Dans cette région du Caucase, la lutte est un sport national. Au club, situé en périphérie liégeoise, la majorité des membres sont d’origine russe.

Ce jour-là des gamins, en attendant leur entraînement,  observent et envient Musaev. Comme à son habitude, le champion de Belgique de lutte travaille dur.

"C’est un sport physique, tu dois avoir tout dans ce sport : la vitesse, la force, la condition, c’est pour ça que c’est dur."

A 18 ans, Musaev est un phénomène dans sa catégorie, les moins de 65 kilos. Malgré son jeune âge, son physique lui permet de rivaliser avec les plus forts. Le problème c’est qu’Ayub manque de répondant en Belgique, c’est vers  l’étranger qu’il doit se tourner pour progresser.

"C'est un peu compliqué, pour les partenaires, je dois aller dans d’autres pays pour pratiquer la lutte. Des fois je vais en Turquie, en France ou en Estonie."

Le jeune athlète ne pense qu’à la lutte. Élève libre, il a décidé de ne plus fréquenter l’école. Ayub voit  dans le sport la seule manière de réussir.

Musaev a envie d’être reconnu. Dans son pays d’origine, les lutteurs sont de véritables stars…

Alors que l’entraînement se termine, que les plus jeunes découvrent le sport et ses premières prises,  Ayub Musaev, un petit gars timide de 18 ans, bourré de talent, s’est promis d’un jour briller aux Jeux.

"Chaque lutteur veut participer aux Jeux Olympiques, c’est le but. Mon objectif c’est d’être le meilleur au monde."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK