Rozov saute en base jump depuis l'Everest

Rozov saute en base jump depuis l'Everest
Rozov saute en base jump depuis l'Everest - © Tous droits réservés

60 ans jour pour jour après la première ascension de l'Everest, la star russe du sport extrême Valery Rozov (48 ans) s'est envolé de la face nord de l'Everest, soit le plus haut saut de BASE jamais réalisé jusqu'ici : 7220 mètres au-dessus du niveau des mers.

Exactement 60 ans après que Edmund Hillary et Tensing Norgay ont grimpé la plus haute montagne du monde (8.848 mètres), le russe a réussi son dernier projet. Rozov a fait parlé de lui un peu partout dans le monde au cours des dernières années pour ses sauts spectaculaires. En 2009, il a sauté depuis un volcan actif  sur la péninsule du Kamtchatka (Extrême Orient). En 2010, il a sauté du Ulvetanna dans l'Antarctique et en 2012 il a sauté de la montagne Shivling dans l'Himalaya. A cette occasion, il avait sauté d'une altitude de 6.420 mètres. C'était en quelque sorte un saut de préparation pour le saut depuis la plus haute montagne du monde : l'Everest.

Plus de deux ans ont été consacrés à la préparation du projet, y compris pour l'élaboration d'une nouvelle Wingsuit. Rozov et son équipe, qui comprenait quatre sherpas ainsi que des photographes et des cameramen, ont passé près de trois semaines dans l'Himalaya avant le saut, le 5 mai. L'ascension a commencé sur la partie chinoise, sur la célèbre route du nord. Rozov avait choisi un endroit pour son saut, à une altitude de 7.220 mètres. A précisément 14h30, heure locale, il a réalisé son saut en dépit de conditions météorologiques défavorables avec des températures -18 Celsius. Les premiers moments du saut dans l'air raréfié en haute altitude ont été la phase la plus critique. Rozov a eu besoin de plus de temps que d'habitude pour réaliser la transition entre la chute libre et le vol. Après cela, il a volé pendant presque une minute à une vitesse d'environ 200 kilomètres par heure le long de la face nord, avant d'atterrir en toute sécurité sur le glacier de Rongbuk, à une altitude de 5.950 mètres.

"Ce n'est que lorsque je suis rentré chez moi que j'ai réalisé à quel point cela avait été difficile, à la fois physiquement et psychologiquement", a déclaré Rozov après son retour à Moscou. "Quand vous regardez les vidéos, vous réalisez qu'il a fallu beaucoup plus de temps que d'habitude pour passer de la chute au vol."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK