Hockey : Clint Malarchuk, le miraculé de Buffalo à l'artère carotide externe sectionnée

Le hockey sur glace est un sport que l'on pourrait qualifier d'extrême, de violent et même de dangereux. En 1989, Clint Malarchuk, en a fait la douloureuse expérience en se vidant de son sang sur la glace immaculée de Buffalo après avoir eu l'artère carotide (externe) tranchée par le patin d'un adversaire. Nous sommes le 22 mars 1989, il y a exactement 32 ans, on joue depuis seulement quelques minutes dans le match opposant les Sabres de Buffalo aux Blues de Saint-Louis. Ce jours-là, le gardien des Sabres est passé tout près de la mort, en plein match et en direct devant des milliers de spectateurs.

Une petite reconstitution des faits s'impose. On joue depuis seulement quelques minutes quand un joueur des Blues, Steve Tuttle charge, près du but de Malarchuk, dans l'espoir de recevoir une passe d'un de ses coéquipiers. Dans son élan, il heurte alors le gardien et le défenseur, Uwe Krupp, des Sabres. Dans le feu de l'action, son patin se lève vers la gorge de Malarchuk et lui tranche son artère carotide externe. Ce dernier se met alors à genoux, le sang gicle, une flaque commence à se former sur la glace et le temps s'arrête dans l'enceinte des Sabres de Buffalo. Alors que le drame vient de se dérouler sur la patinoire, les cris des spectateurs, présents tout autour, commencent à retentir et le dégoût des commentateurs est palpable.

Grâce à la réaction d'un des préparateurs/soigneurs de l'équipe, Jim Pizzutelli (un vétéran de la guerre du Vietnam qui a étudié la médecine du sport avant de devenir préparateur physique), Clint Malarchuk survivra à ce dramatique accident, malgré avoir perdu à peu près 1,5 litre de sang. Alors que le jeu n'est pas encore officiellement arrêté par les officiels, Pizzutelli fonce sur Malarchuk pour arrêter l'hémorragie. En appliquant une forte pression sur la blessure, le gardien en état de choc ne se vide pas complètement de son sang et pourra être évacué de la patinoire par la sortie qui se situe derrière son but. Après avoir arrêté l'hémorragie comme il le pouvaient, le staff envoie Malarchuk dans une ambulance. Lors de son transport vers l'hôpital le plus proche, il plaisantera avec le personnel médical de son retour pour participer à la fin de la rencontre mais l'opération, quant à elle, nécessitera 300 points de suture et donc une petite pause.

32 ans après, cela remplit encore d'effroi. Difficile de trouver moment plus "glaçant". Lors de la rencontre qui les opposait aux Blues de Saint-Louis, le gardien de 27 ans (à l'époque) est passé tout près de la mort, en plein match et en direct devant des milliers de spectateurs. Pourtant, le gardien rejouera 10 jours plus tard après cet effroyable accident, pour le match suivant des Sabres de Buffalo.

Pour la petite histoire, on raconte que de nombreux spectateurs, présents dans l'enceinte au moment du drame, ont fait des malaises, dont plusieurs attaques cardiaques, suite à l'accident. Avec le choc, plusieurs joueurs se seraient même mis à vomir directement sur la glace. Il est très difficile d'avoir de véritables preuves sur ces réactions qui montrent la violence de l'accident. Mais cela a contribué à créer la légende de l'accident de Clint Malarchuk.

Cet accident aura eu pour conséquence directe de faire évoluer l'équipement des gardiens dans la Ligue Nationale de Hockey (association sportive professionnelle nord-américaine qui regroupe les franchises de hockey sur glace des États-Unis et du Canada). Avec l'ajout notamment d'un protège-gorge au niveau du casque pour éviter, à l'avenir, ce genre d'incident dans les prochaines rencontres et compétitions de la NHL. Malheureusement, le 10 février 2008, toujours sur la patinoire de Buffalo (ironie du sort ?), le hockeyeur des Florida Panthers Richard Zednik se fait trancher, lui aussi, la carotide. Cette fois-ci, c'est par le patin d'un de ses coéquipiers. Heureusement, lui aussi s'en sortira vivant.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK