De 0 à 200 km/h en 6 secondes

C’est le sport non motorisé le plus rapide du monde. Des pointes à 250 km/h (le record du monde est de 254,958 km/h), une accélération (de 0 à 200 km/h en moins de 6 secondes) qu’aucune voiture de sport de série n’est capable d’atteindre. Le ski de vitesse, anciennement discipline olympique, n’est pratiqué que par quelques dizaines de spécialistes à travers la planète.

Parmi eux, Joost Vandendries, un Bruxellois de 47 ans, féru de vitesse. Deuxième Belge le plus rapide de l’histoire (214,699 km/h à quelques dixièmes du record de Belgique), Joost travaille le moindre détail pour améliorer ses performances.

"Le moindre détail peut faire la différence. Dans le matériel par exemple. Sur les chaussures, nous déplaçons les boucles de serrage pour faciliter le passage de l’air. Elles ne sont donc pas sur le coup de pied comme sur une chaussure traditionnelle mais à l’arrière de la chaussure. Et recouvertes d’ailerons qui permettent d’augmenter notre aérodynamisme."

Joost travaille désormais avec l’université d’Eindhoven qui dispose d’un gigantesque tunnel à vent. Une soufflerie de 46 mètres de long et dans laquelle des ingénieurs étudient la résistance à l’air, utile en architecture notamment mais aussi en sport.

"De nombreux cyclistes viennent étudier leur position ici" explique le professeur Bert Blocken. "Joost est le premier skieur avec lequel on collabore. C’est très utile pour nous de voir l’impact qu’une position de main ou d’un avant-bras peut avoir sur l’aérodynamisme. En étudiant ça, on grappille quelques pourcents qui permettent d’améliorer sa vitesse. Nous ne sommes qu’une partie du puzzle mais chaque partie est importante."

Dans la soufflerie, on travaille la position de l'œuf, la position de recherche de vitesse. Tout est ici millimétré. On étudie la traînée, la force qui s'oppose au mouvement du skieur et qui le ralentit.

Ici, on parle aérodynamisme. Le but, offrir le moins de résistance possible aux vents et optimiser le fameux Cx, le coefficient de pénétration dans l'air.

Cet hiver, grâce à ces analyses, Joost espère gagner quelques kilomètres heure et battre le record de Belgique (215,331 km/h) et qui tient depuis... 1997.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK