Roberto Martinez : "Je ne regarde pas le nombre de buts encaissés, mais l'attitude et l'envie"

Roberto Martinez n’a pas eu la tâche la plus facile de son histoire commune avec les Diables rouges lors de cette trêve internationale. Il a dû composer avec beaucoup de blessés et de joueurs en méforme. L’occasion de découvrir de nouveaux jeunes, tout n’en oubliant pas de viser un résultat. Un bilan mitigé après ces trois rencontres, mais comme toujours, le coach décide de retenir les côtés positifs !

"Ce n’est pas facile de venir en Islande et d’être performants, le terrain n’était pas top. Mais on ne cherche pas d’excuses. Il y a eu de l’intensité, de la concentration, c’était une performance sérieuse. Je suis très content du résultat."

Que dire de cette nouvelle très bonne rencontre de Romelu Lukaku ? "Je suis très fier, et je pense que tous les fans des Diables rouges à la maison devraient aussi être très fiers de Romelu Lukaku. Je pense qu’il montre une maturité incroyable, sa performance à Wembley était vraiment très impressionnante, avec ou sans la balle. Il montre un vrai leadership, il a vraiment été spectaculaire."

Le sélectionneur explique qu’il n’est pas inquiet des buts encaissés par les Diables, que ce soit contre la Côte d’Ivoire, l’Angleterre ou l’Islande. "Je ne regarde pas le nombre de buts encaissés, je regarde l’attitude de l’équipe, la réaction et l’envie de remporter les trois points."

Martinez a fait pas mal de tests, notamment avec de jeunes joueurs ces derniers temps, il ne regrette pas ses choix : "Je suis vraiment satisfait parce qu’il nous manquait vraiment beaucoup de joueurs. […] Il nous manquait Thibaut Courtois, Eden Hazard, Thorgan Hazard, Dries Mertens, Kevin De Bruyne, Jan Vertonghen, Thomas Vermaelen, c’est une très longue liste. L’équipe ressemblait malgré tout à une équipe, plutôt coordonnée, synchronisée. Je suis vraiment satisfait que chaque joueur qui est monté en cours de jeu est parvenu à amener quelque chose dans cette rencontre. C’est bien qu’on ait pu donner du temps de jeu à tous ces joueurs qui travaillent beaucoup dans l’ombre. Mais c’est sûr qu’il manquait beaucoup de joueurs, ce n’était pas facile."

Le sélectionneur se réjouit déjà d’être en novembre pour pouvoir en découdre avec l’équipe anglaise, qui a perdu face au Danemark ce mercredi soir. La première place du groupe 2 sera alors en jeu.