Nations League : Portés par un Tielemans en feu, les Diables écartent le Danemark et se qualifient pour le "Final Four"

Les Diables participeront au Final Four de la Nations League ! Alors qu’il ne leur fallait qu’un petit point pour valider leur qualification, les Belges ont fait le job en venant à bout de Danois accrocheurs (4-2). 

Mis sur orbite par une fusée de leur nouvel homme providentiel, Youri Tielemans, après trois minutes, les hommes de Martinez ont encaissé un but des oeuvres de Wind à la 18e. Coupés dans leur élan, les Diables ont ensuite concédé plusieurs actions danoises avant de redresser la barre en deuxième mi-temps. Et comme souvent, c’est Lukaku qui a endossé sa cape de sauveur.

D’abord d’une frappe tendue puis d’une tête surpuissante, le colosse belge a planté ses 56e et 57e banderilles avec la Belgique pour définitivement creuser l’écart. Le CSC gag du binôme Courtois-Chadli ne viendra finalement inquiéter les Diables que pendant quelques secondes en fin de match puisque De Bruyne redonnera deux buts d’avance aux Diables...30 secondes plus tard.

En se montrant diaboliquement cyniques, les Belges ponctuent magistralement leur phase de groupes et rallient un prestigieux carré final aux côtés de la France, de l’Italie et de l’Espagne.

Le résumé d'un match plaisant à suivre :

Alors que la Brabançonne plane encore dans tous les esprits, les 22 acteurs, eux, ne semblent pas daigner attendre les éventuels retardataires. A peine le temps de cligner des yeux que Denayer sollicite Courtois d’une tête maladroite en retrait. Braithwaite, en filou, se jette de tout son long mais rate le cuir d’un cheveu. Avertissement sans frais pour les Belges...qui réagissent dans la foulée.

Youri goal, le Danemark pleure

Incartade noire jaune rouge côté droit. Lukaku est pris en tenaille, Mertens muselé. Le ballon circule avant d’être mal dégagé par la défense. L’homme en forme côté belge, Youri Tielemans, récupère aux vingt mètres. Un regard, un petit dribble et boum...une reprise du gauche, magistrale de puissance, qui vient se loger dans le petit filet d’un Kasper Schmeichel incrédule. Après trois minutes, les Diables sont déjà aux commandes ! (1-0).

Bien déterminés à ne pas revivre une débâcle suisse à la sauce danoise,  ils maintiennent les visiteurs sous l’eau. Tout en contrôle, les hommes du placide Martinez campent sereinement dans la moitié de terrain adverse. Mais malheureusement pour eux, l’euphorie ambiante est vite douchée par le réalisme danois.

Eriksen, la révolte

Le maestro Eriksen, mis sous l’éteignoir par un Dendoncker pot-de-colle jusque-là, profite d’une minuscule fenêtre de tir que lui octroie un tacle raté du Belge. Il lance Braithwaite en profondeur. Le centre de l’ancien Toulousain est dévié...par le dos de Vertonghen et retombe sur Wind, en pleine extension et qui en un coup de vent, remet les compteurs à zéro (1-1, 18’).

Et lentement mais sûrement, on sent que les Danois prennent le dessus. Sur un contre Braithwaite, encore lui, est magnifiquement lancé en profondeur mais se heurte à une belle sortie de Courtois. Réponse du berger belge à son homologue danois avec Lukaku qui remporte son duel mais ne cadre pas sa tête. Les débats sont équilibrés...peut-être un peu trop d’ailleurs.

Alors que le rythme retombe d’un cran et que l’arbitre siffle l’entracte, on se dit que, pour l’instant, les Diables remplissent leur contrat...mais ne sont pas vraiment à l’abri, secoués par des Danois bien remuants.

Tous les chemins mènent à Big Rom’

Juste avant l’heure de jeu, nouveau rebondissement. Les visiteurs tardent à dégager. Tielemans récupère mais se fait faucher. En véritable routinier qu’il est malgré ses 23 ans, il se relève directement et joue vite le coup-franc. Tielemans-De Bruyne, De Bruyne-Lukaku...Lukaku….but ! La frappe dans la surface de Big Rom’ est déviée par Schmeichel mais finit tout de même au fond des filets, c’est 2-1 !

Libérés, les Diables reprennent le dessus avec, encore, un exceptionnel Tielemans à la baguette. Clairvoyant, il trouve Thorgan Hazard sur le flanc droit. Son centre au cordeau est parfait et trouve le crâne d’un Lukaku chirurgical. Schmeichel ne peut rien faire, c’est 3-1 ! Et alors qu'on pense se diriger vers ce score de 3-1, le match tombe dans une douce folie. Le binôme Chadli-Courtois, redonne espoir aux Danois pendant quelques secondes d'un auto-but digne des meilleurs épisodes de Vidéo-Gag avant que De Bruyne ne crucifie une dernière fois Schmeichel pour donner au score son allure finale : 4-2.

Cyniques, déroutants, réalistes à défaut d’être exceptionnels, les Diables prouvent qu’ils ont franchi un nouveau cap. Plus sereins, plus matures, ils savent se montrer patients pour étouffer leur proie sans paniquer. De tout bon augure avant un Final Four plus qu’alléchant...en octobre 2021.


 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK