Axel Witsel : "J'ai un parcours atypique et je suis fier de celui-ci"

C'est un Axel Witsel, détendu et souriant, qui s'est présenté à la presse ce mercredi à la veille de la rencontre contre l'Islande dans le cadre de la Nations League.

Le joueur du Borussia Dortmund rayonne ces dernières semaines. Il est sans aucun doute le meilleur Diable rouge du moment. Tout lui sourit et face aux Islandais, il devrait entrer un peu plus dans l'histoire de notre équipe nationale en devenant le 2ème joueur, après Jan Vertonghen, à atteindre les 100 caps !

"C'était mon objectif d'atteindre ce chiffre 100. Ce serait beau de marquer pour ma 100ème. Je n'ai pas un autre nombre en tête et je continuerai aussi longtemps que la tête et le corps suivent. J'ai encore de belles années devant moi", a confié Axel Witsel.

Et de poursuivre : "J'ai connu de belles périodes dans ma carrière mais peut-être pas à ce niveau car je suis dans un grand club européen à Dortmund".

En Allemagne, il évolue dans un rôle un peu différent de celui qu'il occupe chez les Diables. "En club je me projette plus vers l'avant. Je dois plus rester derrière et contrôler en équipe nationale. J'aime bien jouer offensivement mais je dois retrouver mes sensations devant. Mais j'aime aussi jouer comme je le fais chez les Diables rouges", a-t-il souligné.

Quand on voit le niveau qu'il a aujourd'hui à Dortmund, il y a des raisons de se demander pourquoi il a opté, dans le passé, pour des formations comme le Zenit ou Tianjin Quanjian en Chine.

"Au final, je n'ai pas de regret. Si j'avais l'occasion de revenir en arrière, je referais les mêmes choix. J'ai un parcours atypique et je suis fier de ce parcours. Aller en Chine et rester en équipe nationale, avoir le cran d'aller à Dortmund dans un grand club européen et réussir... J'en suis fier et je n'ai jamais douté de moi-même", a-t-il avoué.

A 29 ans, Axel Witsel a encore de belles années devant et continue à apprendre. Dans sa carrière, il ainsi retenu que du positif des entraîneurs côtoyés et notamment ceux rencontrés en équipe nationale : "René Vandereycken a compté pour moi car il m'a repris pour la première fois en équipe nationale. On a connu une super période avec Marc Wilmots et Roberto Martinez a apporté un plus. Il a apporté un système à 3 derrière, cela a porté ses fruits. Il veut toujours une équipe gagnante même à l'entraînement. On attrape cette mentalité de winner. De chaque coach, je prends le positif."

En club et en équipe nationale, Axel Witsel a évolué dans différentes positions (en 10, à gauche et à droite, ...). Marc Wilmots a finalement trouvé la place idéale pour lui, une place à laquelle il est devenu tout simplement incontournable.

"Il m'a placé en 6 et c'est à partir de là que j'ai décollé en équipe nationale. C'est la position qui me convient le mieux chez les Diables rouges, vu la concurrence (sourire)", a conclu Axel Witsel.
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK