300 millions d'euros de revenus supplémentaires si il y a 48 équipes au Qatar

300 millions d'euros de revenus supplémentaires avec 48 équipes au Qatar
300 millions d'euros de revenus supplémentaires avec 48 équipes au Qatar - © Tous droits réservés

Une Coupe du monde 2022 au Qatar avec 48 équipes au lieu de 32 générerait "entre 300 et 400 millions de dollars (entre 265 et 354 millions d'euros) de revenus supplémentaires", a-t-on appris mardi auprès d'une source ayant eu accès à l'étude de faisabilité menée par la fédération internationale de football (FIFA).

Le passage du Mondial à 48 équipes contre 32 comme lors de l'édition 2018 en Russie, a été validé par la FIFA mais seulement à compter de l'édition 2026 organisée conjointement par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

Mais le président de l'instance, Gianni Infantino, milite fortement pour le passage à 48 participants dès la prochaine édition qui sera disputée en 2022 au Qatar, et ce malgré les problèmes géopolitiques nés de la rupture des relations diplomatiques par plusieurs pays voisins.

Infantino compte faire adopter ce passage à 48 équipes par le Conseil de la FIFA réuni vendredi à Miami.

Pour ce faire, la FIFA a mené une étude de faisabilité dont les conclusions sont favorables à ce passage à 48 équipes.

L'étude estime en effet qu'une compétition élargie générerait "entre 300 et 400 millions de dollars (entre 265 et 354 millions d'euros) de revenus supplémentaires".

Dans le détail, la FIFA table sur 120 millions de dollars (106,2 millions d'euros) supplémentaires de droits TV, 150 millions de dollars (132,8 millions d'euros) en droits marketing et 90 millions de dollars (79,7 millions d'euros) en billetterie.

Le Mondial est de loin la principale source de revenus de la FIFA.

Pour passer de 64 rencontres dans un format à 32 équipes à 80 matches avec 48 équipes, des rencontres devront être disputées en dehors du Qatar.

"Aucun pays n'est favori, assure la même source. "Cinq pays peuvent se manifester: le Bahreïn, le Koweït, l'Arabie Saoudite, Oman et les Emirats Arabes Unis".

"Toute décision d'inclure de potentiels pays hôtes nécessite l'accord du Qatar", précise l'étude de faisabilité.

En raison de la situation géopolitique "dans la région et du blocus actuel qu'imposent le Bahreïn, l'Egypte, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis sur le Qatar, l'implication de ces pays dans l'organisation du tournoi conjointement avec le Qatar implique la levée de ce blocus, en particulier la levée des restrictions sur les mouvements de personnes et de biens", souligne encore l'étude de faisabilité, dont l'AFP a obtenu des extraits.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK