Un quadruplé de Ronaldo, une France timide contre Andorre, un festival de buts en Angleterre

Cristiano Ronaldo
3 images
Cristiano Ronaldo - © PETRAS MALUKAS - AFP

Un quadruplé de Cristiano Ronaldo a lancé le Portugal vers une victoire prévisible en Lituanie (1-5), qui a surtout permis aux Champions d’Europe en titre de confirmer leur sursaut lors des qualifications pour l’Euro 2020, ce mardi à Vilnius.

Le quintuple Ballon d’Or a ouvert la marque sur penalty (7') et, après avoir vu l’équipe balte revenir au score (28'), a rassuré son camp grâce à une bourde du gardien local (62') et à deux caviars de Bernardo Silva (65', 76').

CR7 a ainsi augmenté son record de buts internationaux à 93 réalisations en 160 rencontres avec le Portugal. Déjà buteur samedi dernier en Serbie, William Carvalho a fixé le score final (92').

Le Portugal, qui avait mal engagé sa campagne qualificative avec deux nuls concédés à domicile face à l’Ukraine (0-0) et à la Serbie (1-1), a donc enchaîné après son succès obtenu à Belgrade (2.4) samedi pour s’installer à la deuxième place du Groupe B, avec huit points.

Les Lusitaniens sont désormais en bonne position pour se qualifier aux côtés de l’Ukraine, leader du classement avec cinq longueurs d’avance et deux matches de plus. Le Portugal, lui, n’a pas encore affronté le Luxembourg (11 octobre à Lisbonne) et se déplacera à Kiev le 14 octobre.

Des Bleus timides mais solides, en attendant la Turquie

Contrat rempli pour Didier Deschamps : les Bleus, inefficaces mais au rendez-vous contre Andorre (3-0), ont fait le plein de points dans la course à l’Euro 2020. La qualification est toutefois loin d’être acquise.

Il y a la fête, et le comptable. Côté fête : un Stade de France en joie devant les multiples occasions que se sont procuré les Tricolores pour leur centième match dans leur enceinte fétiche depuis son inauguration en 1998. Côté comptable, trois points de plus dans la besace des Champions du Monde, à ajouter aux trois unités glanées samedi contre l’Albanie (4-1).

Ce qui fait, en tout, 15 points sur 18 possibles depuis le début de cette campagne : honorable, certes, mais ce bilan est toujours partagé par la Turquie, victorieuse en Moldavie (0-4).

Si l’Islande, battue en Albanie (4-2), a enfin lâché du lest, ce n’est pas le cas des Turcs. Les retrouvailles le 14 octobre au Stade de France promettent d’être électriques, après la claque subie par les Bleus à Konya (2-0 en juin). Et il aura fallu, trois jours plus tôt, négocier un déplacement difficile à Reykjavik contre des Islandais en quête de points.

Sans trois de ses habituels titulaires – Kylian Mbappé, N’Golo Kanté et Paul Pogba étaient blessés -, Didier Deschamps sort du mois de septembre confiant, et avec une certitude : son réservoir de joueurs a l’envie et le talent pour exister en Bleu.

Après son doublé de samedi contre l’Albanie, Kingsley Coman a récidivé en réveillant le Stade de France (18').

Jonathan Ikoné, 21 ans et buteur express samedi pour ses débuts en sélection, a encore impressionné, à l’image de sa passe millimétrée vers Coman sur le premier but.

Associé pour la première fois à Raphaël Varane, Clément Lenglet s’est aussi montré à l’aise, comme sur ce but de la tête, son premier en Bleu à sa troisième sélection (52'). Il faudra toutefois revoir ces deux-là contre des adversaires plus accrocheurs.

Après avoir encaissé un but à la 88ème en Turquie trois jours plus tôt, la 136ème nation mondiale a bien résisté, grâce notamment à un solide Gomes dans les buts. Notamment face à Antoine Griezmann (28') qui a raté son deuxième penalty de rang.

Mais Gomes a finalement plié sur le coup franc parfait du Barcelonais vers la tête de Lenglet. Et n’a rien pu faire sur le troisième but, signé Wissam Ben Yedder en toute fin de match (91').

L’Angleterre met à terre le Kosovo

Quatre matches, quatre victoires et 19 buts marqués, l’Angleterre se balade toujours dans le Groupe A des qualifications pour l’Euro 2020, après être venue à bout assez facilement du Kosovo (5-3), pourtant invaincu depuis 15 matches, ce mardi à Southampton.

Avec ses 12 points, ses trois longueurs d’avance sur les Tchèques, vainqueurs au Monténégro (3-0), et quatre sur son adversaire du soir – ces deux dernières équipes comptant un match en plus – les hommes de Gareth Southgate ont pris une belle option sur la qualification.

Ce match à rebondissement et un peu décousu a confirmé ce que l’on savait déjà : la puissance offensive anglaise autour du tandem Raheem Sterling/Harry Kane est impressionnante. Mais la défense a encore ses passages à vide.

Sans un Sterling auteur d’un but et de trois passes décisives sur le premier acte, l’Angleterre n’aurait pas atteint la pause avec un avantage confortable (5-1) après avoir bêtement concédé l’ouverture du score après moins d’une minute de jeu sur une mauvaise passe de leur défenseur central Michael Keane, exploitée par Valon Berisha (0-1, 1').

Six minutes plus tard, Keane se rattrapait en déviant de la tête un corner vers Raheem Sterling à l’affût près des six mètres pour l’égalisation (1-1, 8').

Le numéro 7 profitait ensuite des espaces trop souvent laissés par ses adversaires incapables de suivre son rythme pour offrir un but à Kane (2-1, 19') et deux à Jadon Sancho (4-1, 44' et 5-1, 45'), les deux premières réalisations du joueur de Dortmund avec les Trois Lions.

Entre-temps, les Kosovars avaient gentiment rendu la pareille aux Anglais en offrant aussi un but à leurs adversaires, le latéral du Standard Mergim Vojvoda poussant dans le but un centre tendu de Sancho (3-1, 38').

Mais le Kosovo a démontré que sa série d’invincibilité ne devait rien au hasard en ne se désunissant pas malgré le scénario très défavorable.

Il parvenait même à recoller un peu grâce à un très joli but sur lequel Berisha faisait preuve de sang-froid pour s’offrir un doublé (49'), et sur un penalty un peu idiot concédé par le défenseur qui valait 93 millions d’euros, Harry Maguire, et transformé par Vedat Muriqi (55').

Deux buts parfaitement évitables mais qui feront peut-être presque "plaisir" à Southgate qui trouvera là sans doute matière à aiguillonner des joueurs dont l’opposition dans le groupe est décidément bien faible.

Le but contre son camp de Mergim Vojvoda

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK