Service minimum pour les Diables qui s'imposent 0-4 à Saint-Marin

Opposés à la modeste formation de Saint-Marin ce vendredi soir, les Diables rouges n’ont pas brillé, loin de là. Ils ont même livré une première mi-temps indigente (ponctuée sur le score de 0-1 sur un penalty de Batshuayi) avant d’inscrire trois buts face à un adversaire épuisé. Il aura fallu attendre la montée au jeu du tandem buteur Chadli-Mertens et une dernière réalisation de Batshuayi pour voir les Diables définitivement s’envoler dans cette rencontre. Malgré une partie en dents de scie et un manque de rythme flagrant, les Diables grappillent trois nouveaux points et donc une cinquième victoire consécutive et se rapprochent un petit peu plus de l’Euro 2020.

Le résumé du match :

David contre Goliath. Sur le papier, ce duel entre la Belgique (1e au classement FIFA) et Saint-Marin (dernier) a tout d’un combat déséquilibré. D’un match, face à un pays dont le sport national est l’arbalète, que les Diables doivent remporter à coup sûr.

Pourtant, dès le début de rencontre, cela manque cruellement de rythme. Peut-être est-ce dû à un manque d’automatismes, mais toujours est-il que les Diables enchaînent les approximations. Passes ratées, appels ignorés, c’est bien simple, à part un tir croqué de Batshuayi dès la première minute, il n’y a rien à se mettre sous la dent.

Il faut attendre une belle percée offensive de Jason Denayer pour assister au premier tir cadré de la rencontre (17’). Quelques minutes plus tard, Batshuayi, esseulé dans le grand rectangle, se heurte une nouvelle fois au portier local sorti à sa rencontre (25’). Toujours 0-0…

Symbole de cette entame de match en demi-teinte des Belges, Saint-Marin se permet même le luxe de s’immiscer dans la partie de terrain adverse. Courtois doit intervenir sur un centre à ras de terre vicieux de Giardi (26’).

La barre pour Januzaj, Benedettini à l’encontre de Batshuayi

Adnan Januzaj, invisible jusque-là, tente un centre-tir qui vient s’écraser sur la transversale (33’). Batshuayi, décidément le Diable le plus remuant, voit son envoi à la retourne une nouvelle fois brillamment repoussé par Benedettini (36’). On pense alors se diriger vers l’entracte sur ce score inattendu de 0-0 mais l’arbitre signale une main adverse dans la surface et octroie un penalty aux Diables. Désigné pour le tirer, Batshuayi ne se pose pas de questions et ouvre la marque, 0-1 (44’). 14e but en 27 sélections pour Batsman qui évite au Diable un camouflet à la mi-temps. 0-1 après un premier acte peu emballant…

Changements payants pour Martinez

Dès la première minute du deuxième acte, Carrasco met Benedettini à contribution d’une grosse frappe côté gauche (46’). Il faut cependant attendre la 55e minute pour (enfin) assister au but du break. Mertens, servi par Chadli dans la surface, catapulte calmement le ballon au fond. A noter que les deux hommes avaient remplacé Origi et Januzaj… quelques secondes plus tôt.

Un avantage de deux buts qui va vite se transformer en 3-0 puisqu’à la 64e minute, Chadli est à la conclusion sur un centre de… Mertens et crucifie Benedettini. 9e but en équipe nationale pour l’Anderlechtois. En toute fin de match, Michy Batshuayi profite du laxisme de la défense adverse pour inscrire le dernier but du match en véritable renard des surfaces. 4-0, malgré un score flatteur, la rencontre ne restera assurément pas dans les annales.

Dans les autres matches, la Russie est difficilement venue à bout de l’Ecosse (1-2) et pointe à trois points des Belges (12 unités). Derrière, le Kazakhstan, accroché par Chypre (1-1) est relégué à huit longueurs et peut déjà (quasiment) faire une croix sur le prochain Euro.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK