Sans briller, les Diables dominent l'Estonie et confortent leur leadership

Les Diables Rouges se sont imposés (0-2) sans briller sur la pelouse de l’Estonie ce vendredi soir lors de la 6ème journée des qualifications pour le Mondial 2018.

Les Belges ont manqué d’inspiration en première période et ont profité de deux grosses erreurs (une faute de main du gardien sur le but d’ouverture de Mertens et l’exclusion de Dmitrjev) pour prendre les commandes de la partie. En supériorité numérique, les Diables ont contrôlé la rencontre et ont eu plusieurs belles opportunités de doubler la mise mais ont dû patienter jusque dans les cinq dernières minutes pour faire le break grâce à Chadli, meilleur joueur sur le terrain. 

Grâce à ce succès jumelé au partage entre la Grèce et la Bosnie-Herzégovine (0-0), la Belgique conforte sa place de leader de ce groupe H avec 16 points et compte désormais 4 longueurs d'avance sur les Grecs.

Le résumé de la rencontre

Au bout de dix premières minutes un peu brouillonnes, les Diables Rouges se créent la première opportunité de la partie. Au terme d’une belle action collective, Chadli entre depuis le côté droit dans l’axe, se joue de son opposant et prend sa chance aux abords de la surface. Sa frappe du gauche passe toutefois à un bon mètre du but d’Aksalu (11’).

La domination des hommes de Martinez est infructueuse et stérile. Face au ‘mur’ estonien, Lukaku, Mertens et De Bruyne ont du mal à trouver des espaces.

Et comme d’habitude lorsqu’on ne parvient pas à concrétiser une domination, on se met en danger comme sur ce bon centre de Vassiljev en direction du second poteau et de Zenjov (22’). Heureusement pour les Belges, l’attaquant estonien est trop court pour pouvoir reprendre.

Les Diables ont beaucoup de peine à faire circuler proprement le ballon et à trouver les intervalles.

Mais à la demi-heure, Kompany trouve De Bruyne sur le flanc droit. Le meneur de Manchester City prend l’espace devant lui et centre devant le but. Aksalu manque complètement son intervention et cela profite à Mertens au second poteau. Le Napolitain peut tranquillement pousser le ballon au fond des filets et mettre ses couleurs aux commandes de la rencontre (0-1, 31’). Le plus dur est fait… mais que ce fut difficile.

Les Diables sont libérés et peuvent jouer comme ils l’adorent en contre-attaque. Sur la première d’entre-elles, Mertens lance idéalement Lukaku en profondeur. Malheureusement, le buteur d’Everton perd son duel face au portier adverse qui se rattrape bien de son erreur sur le but d’ouverture (42’).

Les Estoniens tentent de se montrer plus agressifs mais cela se retourne contre eux en fin de première période. Dmitrijev se jette la semelle en avant dans les jambes de Fellaini et est logiquement exclu (44’). Grâce à deux gros cadeaux estoniens, les Diables peuvent envisager la suite sereinement.

Et dès le retour des vestiaires, on sent les protégés de Martinez plus appliqués. Les occasions se multiplient rapidement. La reprise en demi-volée de Chadli manque le cadre (47’), Vertonghen, d’un tir puissant, et Mertens, après un excellent relais avec Carrasco, obligent tour à tour le portier estonien à s’employer (51’), Chadli, encore lui, surprend tout le monde avec un centre-tir mais Aksalu est une nouvelle fois attentif (57’).

En infériorité numérique, les hôtes continuent de faire le dos rond et ferment les espaces. Il faut dire qu’ils en ont l’habitude. Depuis juin 2014, les Estoniens n’ont perdu qu’une seule fois par plus d’un but d’écart. C’était en octobre dernier contre la Grèce (0-2).

Cependant, les Diables accélèrent et se montrent de plus en plus pressants. Mais l’Estonie peut compter sur un gardien en état de grâce. Aksalu est sur tous les ballons. Fellaini et Carrasco (64’), De Bruyne (69’) et Kompany (73’) s’y cassent les dents.

Finalement, c’est Chadli, très en forme ce soir, qui trouve la faille. Bien lancé dans la surface par De Bruyne, l’ailier de West Bromwich frappe entre les jambes du portier et fait le break (0-2, 86’).

La victoire est acquise mais les Diables parviennent quand même à se faire peur dans les derniers instants. Vassiljev s'avance tranquillement et frappe. Son tir puissant du gauche ne laisse aucune chance à Courtois mais heurte violemment la barre transversale (88'). Dans la foulée, l'attaquant estonien refait parler sa puissance de frappe. Son tir du droit n'est cette fois-ci pas cadré (89').

Les Diables peuvent souffler. Ils repartent avec ce qu'ils étaient venus chercher : trois points précieux. Cette victoire leur permet de conforter leur place de leader de ce groupe H et de profiter du partage entre la Grèce et la Bosnie-Herzégovine (0-0) pour accroître leur avance. Avec 4 points de plus et un 16 sur 18, les Belges peuvent partir en vacances l'esprit libre, l’essentiel est fait.

Les faits marquants de la rencontre en vidéo

11ème minute : Le tir lointain de Chadli manque le cadre

22ème minute : Belle occasion pour l’Estonie

31ème minute : Mertens profite d’un cadeau d’Aksalu pour ouvrir le score

42ème minute : Lukaku perd son face-à-face avec Aksalu

44ème minute : Dmitrijev exclu pour une semelle sur Fellaini

47ème minute : Chadli manque le cadre

51ème minute : Vertonghen et Mertens alertent Aksalu

57ème minute : Aksalu repousse le centre-tir de Chadli

63ème minute : Witsel loupe sa reprise

64ème minute : Fellaini et Carrasco obligent Aksalu à s'employer

69ème minute : Belle frappe enroulée de De Bruyne, Aksalu est encore là

73ème minute : Belle reprise de Kompany qui bute encore sur Aksalu

86ème minute : Chadli trompe Aksalu entre les jambes

88ème minute : La frappe de Vassiljev heurte la transversale

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK