Vanhaezebrouck : "Si on continue à donner des buts 'cadeau', on n'a rien à faire en Europe"

Anderlecht est au bord du précipice européen. Si les Mauves s'inclinent sur la pelouse du Fenerbahçe jeudi soir, ils seront tout simplement éliminés de l'Europa League. La pression est donc énorme pour les hommes de Hein Vanhaezebrouck qui veut tout de même croire à une possible remobilisation de ses jeunes troupes.

"Dans le passé, Anderlecht a pu renverser des situations compliquées comme celle que nous connaissons mais nous, nous avons un groupe très jeune qui n’a pas beaucoup d’expérience. Ce sera intéressant de voir comment les joueurs vont évoluer demain soir dans une atmosphère assez hostile. Mais vu la situation sportive de Fenerbahçe, si le match ne tourne pas en leur faveur, les supporters peuvent se retourner contre leur équipe. A nous d’essayer de forcer cela, avance au micro de la RTBF l’entraîneur du Sporting. Fenerbahçe est une équipe avec beaucoup d’expérience, beaucoup de grands noms, des joueurs qui ont joué dans des grands clubs. Ils sont très costauds et mettent beaucoup de pression, que ce soit sur l’adversaire ou sur l’arbitre. Il faudra essayer de garder notre calme face à tout cela."

Battus d'entrée de jeu au Spartak Trnava (0-1), puis à domicile contre le Dynamo Zagreb (0-2), les Bruxellois ont concédé un partage terriblement frustrant face aux Turcs au Parc Astrid (2-2). Trois matches lors desquels les Mauves ont montré une incroyable fébrilité défensive. Plombé par des grosses erreurs individuelles, le RSCA doit impérativement se reprendre.

"On a déjà montré par moment qu’on savait imposer notre jeu mais il faut pouvoir le faire pendant nonante minutes. Et surtout ne pas perdre tout à coup les pédales et donner un cadeau monumental, comme on l’a déjà fait tellement de fois cette saison. Il y en a eu beaucoup trop. C’est ce qui nous sort de l’Europe actuellement, regrette amèrement Vanhaezebrouck. Si on continue à donner des buts comme ça, on n’a rien à faire sur la scène européenne. Au match aller, à 2-0, Fenerbahçe n’est plus dans le coup et d’un seul coup, on les remet dans le match, on leur a redonné confiance. En cinq minutes, c’était 2-2. Ça ne peut plus arriver, c’est clair."

Malgré l'incertitude qui plane autour des titularisations d'Adrien Trebel et de Sven Kums, l'entraîneur anderlechtois ne s'inquiète pas et assure qu'il a totalement confiance en ses jeunes.

"Les joueurs savent parfaitement ce qu’on doit faire. Si Kums et Trebel ne sont pas là, le seul problème, c’est qu’on perd deux joueurs d’expérience. Si on doit les remplacer par des jeunes, on n’a moins de certitudes. Vont-ils tenir face à la pression de l’adversaire, des supporters, … ? Mais ce sont de bons moments pour les jeunes. Ce sont de bonnes leçons, pour apprendre et pour devenir plus forts dans le futur. C’est comme ça qu’on forme les jeunes. Si tu ne leur donne pas leur chance, ils n’auront jamais cette expérience. Personnellement, je suis très content du comportement des jeunes joueurs de mon groupe. Aussi bien en Pro League qu’en Europa League. Demain soir, il y aura encore certainement plusieurs jeunes sur le terrain. Espérons que ça se passe bien" conclut HVH résolument positif.

De son côté, Sebastiaan Bornauw est impatient de découvrir l'incroyable atmosphère de stade Şükrü-Saracoğlu d'Istanbul. A 19 ans, le défenseur belge semble sûr de lui.

"Notre but est de passer l’hiver sur la scène européenne donc on doit gagner ce match. C’est aussi simple. On a fait un bon match aller à domicile, malgré le fait d’avoir pris deux buts évitables. Ici à Fenerbahçe, on sait que ce sera plus difficile. Mais je crois que c’est possible. On va en tout cas tout faire pour prendre les trois points. J’aime bien ce genre de grosse ambiance, ça va peut-être me motiver. C’est pour ce type d’atmosphère qu’on est footballeur, on veut jouer dans des stades comme ça. J’ai hâte de jouer ce match" assure Bornauw.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK