Cruel dénouement pour le Standard qui laisse filer la victoire contre Arsenal et la qualification

Le Standard y aura cru jusqu’au bout. Convaincants, déroutants face à une équipe d’Arsenal remaniée, les Rouches ont longtemps rêvé d’un exploit. Grâce à Bastien et Amallah, ils menaient même 2-0 à un quart d’heure du terme. Mais en deux coups d’accélération fulgurants, Arsenal est revenu dans le match grâce à l'insaisissable Saka, au four (un but) et au moulin (assist pour Lacazette). A ce moment-là, c'est 2-2 à dix minutes du terme. Tout est encore possible. Grâce au come-back de Guimaraes à Francfort (2-3), il ne manque qu'un petit but au Standard pour arracher sa qualification. Malheureusement pour eux, les hommes de Preud'homme ne parviennent pas à planter cette dernière rose ô combien salvatrice. 

2-2 score final donc. Malgré ce point du partage mérité, les Liégeois restent donc à quai. Ils terminent 3e de ce groupe avec 8 points, à une petite unité des Allemands. Très cruel dénouement donc pour les hommes de Michel Preud’homme. Le fantôme de Guimaraes devrait continuer à hanter les Rouches pendant quelques temps...


Résumé du match

Un Liégeois averti en vaut deux. Echaudé par sa lourde défaite au match aller, le Standard prend le taureau londonien par les cornes d’entrée. Mettre la pression, impressionner pour ne pas subir le match. Une domination qui se retranscrit dans la possession de balle mais pas dans les occasions. Il faut attendre la 12e minute de jeu pour voir Carcela solliciter Martinez après un mauvais dégagement. Mais la frappe du Liégeois, de son mauvais pied, est trop molle pour inquiéter le portier londonien. 

Porté par son élan, le Standard laisse des espaces dans son dos. Conséquence, Arsenal rentre lentement mais sûrement dans son match. Smith-Rowe est à deux doigts d’ouvrir la marque d’une frappe croisée, mais Bodart s’interpose brillamment (13’).

Comme depuis le début de saison, la défense d’Arsenal reste fragile. Prenable même. Illustration avec l’infatigable Emond qui met Martinez sous pression. Le gardien s'emmêle les pinceaux mais s’en sort finalement (23’). 

Mieux dans son match, Arsenal inquiète l’arrière-garde liégeoise. Il faut un nouvel arrêt de Bodart pour empêcher Saka d’ouvrir la marque dans un angle fermé (25’). Meilleur homme sur la pelouse, Saka frappe une deuxième fois...au dessus. Le Standard souffre mais tient bon grâce à son dernier rempart. 

Nouvelle illustration juste avant l’entracte avec une double-occasion venant des pieds de Saka et Lacazette mais Bodart veille toujours au grain. 0-0 après 45 minutes.

Sclessin explose juste après la mi-temps

Comme lors du premier acte, ce sont les Liégeois qui se montrent le plus déroutants d’entrée de jeu. Et cette fois-ci, ces bonnes intentions se montrent payantes. Bastien, tellement important pour Preud’homme cette saison, déclenche une frappe contrée par Sokratis, qui prend Martinez à contre pied ! (1-0, 47’)

Arsenal est dans les cordes, le Standard convaincant. Carcela, magnifiquement mis sur orbite, passe à deux doigts de crucifier Martinez mais glisse et tire...à côté du ballon (54’). Ce n’est que partie remise. A la 68e, Amallah tente sa chance dans le rectangle. Son envoi est à nouveau contré, Martinez doit s’avouer vaincu. Sclessin s’embrase à nouveau, c’est 2-0 !

Et alors que le Standard se met à croire à une hypothétique qualification, Arsenal va réduire la marque par l’entremise de Lacazette. Le Français est à la retombée d’un exploit individuel de Saka et remet les Londoniens dans le match (2-1,77’).

Des Anglais subitement galvanisés qui égalisent même grâce à l’homme du match, Bukayo Saka, 18 ans, qui décoche une frappe limpide qui va se loger dans le petit filet d’un Bodart impuissant. C’est cruel pour le Standard (2-2, 80’).

Alors que tout semble perdu, le stade se remet à y croire quand il apprend que Guimaraes a pris les devants à Francfort ! Il suffit d’un petit but liégeois pour s’assurer de la qualification. Un petit but...qui n'arrivera malheureusement jamais. Que c'est cruel pour un Standard convaincant mais trop irrégulier.



 

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK