Romelu Lukaku encensé par Conte et par la presse italienne

"Niente piu pazza inter", "plus jamais d’Inter folle". Antonio Conte l’avait promis au président des Nerazzurri Steven Zhang en début de saison mais a dû se rendre à l’évidence. Sa rigueur et son souci du détail n’ont pas métamorphosé l’ADN d’un club qui aime souffrir quand cela n’est pas nécessaire. Fidèle à ses principes, l’Inter a donc fait frissonner ses supporters jusqu’au bout lundi soir en quart de finale d’Europa League contre le Bayer Leverkusen (2-1).

Supérieurs aux Allemands, les Italiens ont produit énormément et gaspillé énormément en laissant le Bayer y croire jusqu’au bout. Pour s’en sortir lors des rares moments de détresse de la partie, les joueurs interistes ont surtout pu compter sur un roc comme Diego Godin derrière et sur une bouée de sauvetage fondamentale comme Romelu Lukaku aux avant-postes.

Le Diable rouge est sans aucun doute l’homme du match. Auteur du 2-0, 'Big Rom' a été plus qu’un buteur lundi soir. Point d’appui fréquent pour offrir une solution à ses équipiers (49 touches de balles !), Lukaku s’est battu comme un lion pour gagner d’innombrables duels avec Tapsoba. Frappes au but, appels en profondeur, pressing, fautes subies : le Diable rouge était au four et au moulin et a logiquement reçu les compliments de son entraîneur.

"Romelu réalise une très belle saison. Pour cela, il doit remercier l’équipe car ce groupe lui permet d’exprimer ses qualités comme il ne l’avait jamais fait auparavant", a commenté Conte, un coach qui ne renoncerait pour rien au monde à son attaquant, aligné 49 fois cette saison dont 45 en tant que titulaire.

Auteur de son 31e but toutes compétitions confondues, Lukaku a également séduit la presse italienne qui parle de lui comme un leader. "EuRomelu" titre le Corriere dello Sport qui parle de lui comme "le grand protagoniste du match qui a pris l’équipe sur ses épaules et l’a emmenée vers le succès".

Même constat pour la Gazzetta dello Sport qui balance sa photo en première page et se réjouit que "le géant ait encore frappé". "C’est important qu’il se repose bien en vue de la demi-finale", écrit le quotidien sportif italien qui lui a attribué le titre d'homme du match et une note de 7,5. "Il a martyrisé le pauvre Tapsoba et a catalysé sur lui toutes les actions offensives de l’équipe. Un Lukaku comme celui-là est intenable."

En zone mixte, Lukaku est pourtant resté humble malgré ses 9 buts consécutifs en Europa League, un nouveau record qu’il a volé à Alan Shearer (Coupe UEFA à l’époque). "Les records ne sont pas importants, ce qui est important, c’est la victoire", a-t-il expliqué à Sky Sports. "L’homme du match ? Je dirais Barella. Il réalise de très bonnes prestations pour le moment, c’est un très grand joueur."

Eprouvé par les efforts consentis pendant la partie, Lukaku semblait très fatigué au terme de la rencontre mais déterminé pour la suite de la compétition. "Il faut essayer de bien récupérer pour la demi-finale car ce sera une bataille et on se doit d’être prêts".

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK