Preud'homme : "Le coach d'Arsenal m'a dit qu'on pratiquait un foot positif...je n'entends jamais ça en Belgique"

Malgré le partage contre Arsenal et la qualification ratée d'un cheveu, Michel Preud'homme, le coach du Standard, tenait à positiver après le rencontre. Dans ses propos, on décèle un cocktail entre une fierté logique et une déception compréhensible : "On a eu une belle soirée. Je suis très satisfait de la prestation de l'équipe. On a fait ce qu'on avait à faire, sauf peut-etre encaisser ces deux buts. On continue à pousser parce, même si l'autre match était un partage, il fallait qu'on en marque trois. Malheureusement, on a pas eu les infos plus tôt. Notre plan c'était de marquer trois buts, donc on était vraiment dans le scénario idéal. On a pas eu les infos. Si c'est plus tôt 2-3 là bas, on encaisse peut-être pas ces deux buts, on fera des changements différents, malheureusement ce n'est pas possible vu le timing. On voulait aller marquer ce troisième but pour avoir encore une petite chance et espérer un miracle de l'autre côté. On l'a bien fait. 2-1, ça ne changeait rien mais 2-2 bien" expliquait-il à notre micro.

Comme la saison dernière, les Rouches restent donc à quai malgré une belle campagne qualificative : "Le scénario est pratiquement le même que la saison passée. On avait dix points, là on en a huit. On aurait pu en avoir dix comme l'an passé et là on passait. Malheuresement, ce n'est pas le cas. Il faut dire qu'on tombe sur des grosses pointures à chaque fois. On va essayer de faire mieux. On évolue, on montre qu'on peut rivaliser avec ces équipes. On voit qu'il y a du respect de ces adversaires étrangers. Quand on voit les commentaires du coach, le coach d'Arsenal m'a dit qu'on pratiquait un football positif, je n'entends jamais ça en Belgique" conclut-il cyniquement. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK