Noé Dussenne furieux : "On se fait marcher dessus et ça je ne l'accepte pas, ce n'est pas le Standard"

Noé Dussenne du Standard.
Noé Dussenne du Standard. - © Tous droits réservés

Après s'être respectivement incliné à domicile contre les Rangers (0-2), puis à Benfica (3-0), le Standard a (à nouveau) pris l'eau ce jeudi contre une équipe de Lech Poznan pourtant prenable sur papier (3-1). Témoignant d'un niveau de jeu bien décevant et en dehors du coup défensivement, les Liégeois sont déjà dos au mur avec ce 0 sur 9. Après la défaite face aux Polonais, c'était donc logiquement la déception mais aussi la rage qui prédominaient.

"On était pas si mal dans la rencontre. Mais bon quand y a un centre et qu'on n'est pas au marquage à cinq mètres du but, c'est souvent goal" confie Noé Dussenne d'emblée, avec une moue des mauvais jours. "Il y a eu deux goals en première mi-temps et dès la 47e minute, on encaisse encore sur un centre. On doit être attentif, en marquage c'est chacun son homme et ce soir, on ne l'a pas fait."

Plombé par les absences défensives (Vanheusden blessé, Laifis et Fai touchés par le Covid), le Standard a présenté une arrière-garde expérimentale qui a souffert face aux Polonais : "Ce n'est pas une excuse, le COVID toutes les équipes jouent avec. On s'entraîne depuis 4 mois, on doit être performant sur le terrain. Aujourd'hui, on ne peut pas remettre la faute sur le covid ou les blessures, on n'a pas été à notre niveau, on perdait nos duels, on ne peut rien revendiquer aujourd'hui" explique Dussenne au micro de Vincent Langendries.

Lucide, cash dans ses réponses, le défenseur liégeois pointait surtout le manque d'impact et de réaction des Rouches : "Il faut une révolte sur le terrain, on doit être énervé. J'ai horreur de ça. Là on perd, on se laisse marcher dessus, et ça je ne l'accepte pas. Il doit y avoir une révolte chez les joueurs. On peut perdre mais perdre en donnant tout sur le terrain."

Et Dussenne de conclure laconiquement : "Aujourd'hui, ce n'est pas le Standard qu'on a vu, je suis très déçu, il y avait la possibilité de faire quelque chose mais pas avec cette envie-là, je suis frustré..."

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK