Les Mauves se méfient de l'engagement des joueurs slovaques

Les Mauves se méfient de l'engagement des joueurs slovaques
Les Mauves se méfient de l'engagement des joueurs slovaques - © JASPER JACOBS - BELGA

Directement qualifié pour la phase de poules de l'Europa League, Anderlecht entame sa saison européenne ce jeudi soir (21h) sur la pelouse du surprenant club du Spartak Trnava. Hein Vanhaezebrouck s'attend à un duel âpre et intense face aux champions de Slovaquie.

"C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience, notamment dans l’axe, et qui est physiquement forte. Elle est assez athlétique et est présente dans les duels. On sait à quoi s’attendre, a expliqué le coach mauve en conférence de presse, mercredi à la veille du match. Ce sera une opposition redoutable. Cette formation a quand même éliminé le Legia Sofia et n’a été battue qu’aux prolongations face à l’Etoile rouge de Belgrade qui a fait match nul contre Naples ce mardi soir."

Trebel au sujet des ses pépins physiques : "Dans ma tête, je suis libéré"

L'équipe belge compte dans ses rangs, depuis cet été, le défenseur anglais James Lawrence, actif pendant quatre ans à l'AS Trencin, autre club slovaque. "Nous l'avons naturellement bien écouté. C'est logique, comme il a joué tant d'années contre Trnava en Slovaquie", a ajouté Vanhaezebrouck. A noter que Lawrence a dû rester en Belgique, victime d'une commotion cérébrale.

Également présent devant les journalistes, Adrien Trebel a abordé sa gêne aux abdominaux. "C’est une blessure qu’on ne peut malheureusement pas gérer. Ça vient, ça part. Je fais tout ce qui est possible avec le staff médical et le club pour me soigner au mieux et me renforcer. Là, je commence à retrouver 100% de mes capacités, a rassuré le milieu de terrain, pierre angulaire du jeu des MauvesÇa va beaucoup mieux. Il a fallu que je travaille pour que ce petit problème me laisse tranquille. Quand je ne m’entraîne pas régulièrement avec le groupe, je ne suis pas bien physiquement. C’est ce qui m’est arrivé durant quatre semaines. Aujourd’hui, je me sens mieux. Je suis allé voir une spécialiste en Allemagne qui m’a dit que pour l’instant il n’y avait pas de souci mais qu’avec le temps, il faudrait peut-être songer à l’opération. Pour le moment, elle m’a rassuré. Dans ma tête, je suis libéré. Les douleurs ont fortement diminué donc je n’y pense plus. Maintenant je peux me concentrer sur l’équipe, c’est le principal. Je suis un compétiteur, j’ai envie de jouer tous les matches."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK