Clement avant United : "Je ne rêve pas, je veux juste que mes joueurs donnent le maximum"

Clément pendant la conférence de presse
Clément pendant la conférence de presse - © BRUNO FAHY - BELGA

L’Europe est de retour au stade Jan Breydel, le Club de Bruges reçoit Manchester United en 16eme de finale d’Europa League. Man U, un grand d’Europe qui a tendance à somnoler ces dernières saisons. Son dernier titre majeur date de 2017

Actuels 7e de Premier League (à un point des places européennes), les Reds Devils ne vivent pas une saison de tout repos entre football approximatif, résultats en dents de scie et mauvaises humeurs des joueurs stars et de leur entourage…

De son côté, Philippe Clément, entrainement du Club de Bruges ne se fie pas au contexte. Pour lui, Manchester United reste une grande équipe qui n’a pas pris de buts sur 5 de ses 6 matches de poule. Mais il sait aussi que ses joueurs ne doivent craindre personne comme ils l’ont démontré en Ligue des Champions.

Entretien.

Comment vous sentez-vous à la veille de cette affiche ?

"Je ressens beaucoup d’envie et mes joueurs aussi parce qu’on va disputer un grand match contre une grande équipe. Même si c’est une période où l’on enchaîne les rencontres (les Brugeois en disputeront 7 en 32 jours jusqu’à la finale de Coupe de Belgique, Ndlr). D’ailleurs, certains de mes joueurs souffrent de pépins physiques, c’est notamment le cas de Diatta qui est forfait (l’ailier est blessé aux adducteurs, Ndlr)."

De quelle manière l’expérience de la Ligue des Champions peut-elle influer sur la façon d’aborder cette double confrontation ?

"Notre bonne campagne nous a donné de la confiance. A présent, mes joueurs croient et sont conscients qu’ils peuvent prendre des points contre tout le monde à condition d’être à 200% et que les conditions du match nous soient favorables. Et ça, c’est la grosse différence par rapport au début de saison où personne ne pensait cela possible. Mais malgré tout, il faut rester réaliste car Manchester United est un grand club avec de grands joueurs et un budget dix à quinze fois supérieur au nôtre."

Justement comment inculque-t-on cette confiance à un groupe ? En parlant à plusieurs de vos joueurs, je me suis rendu compte qu’ils sont convaincus qu’ils peuvent créer l’exploit. Et cette confiance n’est pas de l’arrogance…

"Tout simplement parce qu’ils ont prouvé face au Real Madrid, au PSG et même à Galatasaray qui reste une grande équipe. En Belgique, nous sommes toujours les favoris et donc les équipes s’adaptent à nous et nous privent d’espace. Contre Man U, mes joueurs savent que l’adversaire ne va pas s’adapter et va jouer son jeu. Du coup, nous savons que nous aurons un peu plus d’espace que d’habitude."

Man U n’est pas au mieux cette saison et certains observateurs voudraient même faire croire que Bruges est le favori… Est-ce le piège à éviter ?

"Il n’y aucun risque car c’est un débat de journalistes ou de personnes extérieures au club. Nous sommes réalistes, Manchester a plus de qualités que nous.  Mais dans le football, on ne sait jamais. On doit juste jouer ce match à fond et l’essentiel c’est que l’on puisse se regarder dans un miroir à la fin en se disant qu’on a tout donné !"

Manchester United a joué lundi soir (victoire 0-2 à Chelsea, Ndlr) après deux semaines de trêve hivernale alors que le Club de Bruges enchaîne les matches… Quelle impact aura la fraîcheur sur l’issue du match ?

"La fraîcheur sera vraiment une donnée importante. J’ai vu que certains de mes joueurs commençaient à souffrir vu la cadence actuelle. Ici, on enchaîne 4 matches en 8 jours. La double confrontation contre les Anglais et Charleroi, Genk en championnat. Quatre matches avec beaucoup d’intensité et de tension. Je vais devoir effectuer une rotation car il est impossible de disputer ces quatre matches avec les mêmes joueurs."

Vous allez mettrez votre meilleure équipe contre Manchester United ?

 "J’essaye toujours de chaque match avec la meilleure équipe. Mais je dois tenir compte de la fraîcheur de mon groupe."

Que représenterait une qualification ?

"(Songeur) Un rêve. Une qualification serait perçue comme l’une des plus belles pages de l’histoire du Club. Avant d’y arriver, la route est encore longue. Moi, je ne suis pas un rêveur, je veux juste que mes joueurs fassent le maximum !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK