Trop prévisible et déséquilibrée, la Champions League doit-elle faire sa révolution ?

Trop prévisible et déséquilibrée, la Champions League doit-elle évoluer ?
3 images
Trop prévisible et déséquilibrée, la Champions League doit-elle évoluer ? - © OSCAR DEL POZO - AFP

Un Real triple tenant du titre, des affiches qui semblent se répéter d'année en année. La Ligue des Champions est une machine qui roule mais qui manque de surprises.

L'observatoire du football CIES s'est penché sur l'évolution de la C1. "L’étude illustre une nette tendance vers moins d’équilibre et plus de prévisibilité", affirme l'organisme spécialisé dans les statistiques liées au football.

L'observatoire a basé son analyse sur trois grands axes : la répartition des points, les écarts de buts et la prévisibilité des résultats.


L'étude a analysé 16 saisons (depuis l’introduction de la formule actuelle en 2003/04) et les a regroupées en bloc de quatre saisons "de manière à atténuer l’effet des variations annuelles". "Cette analyse montre que les premiers de groupe ont progressivement obtenu plus de points et significativement amélioré leur différence de buts à l’issue de la phase de poules."

Les premiers de groupe gagnent de plus en plus de points en moyenne : de 2,11 points par match pour la période 2003-2006 à 2,26 points par match pour les années 2015 à 2018. Leur différence de buts suit la même courbe vers le haut. Au cours de ces 16 saisons, la différence de buts a bondi de plus de deux goals (de +6,38 à +8,91).

Parallèlement, les performances des derniers de chaque groupe sont en baisse avec moins de points et une différence de buts de plus en plus négative. Il y a également de plus en plus de buts marqués dans les matches de groupe : De 1,39 pour la période 2003-2006 à 1,64 pour les quatre dernières saisons.

Les résultats des rencontres sont également de plus en plus prévisibles. Le degré de corrélation entre les probabilités estimées par les parieurs et les résultats est plus important au fil des années. "Les grands favoris remportent de plus en plus souvent la victoire : dans 81,4% des cas à domicile entre 2014 et 2018 (+5,3% par rapport à 2004-2008) et 74,6% des fois à l’extérieur (+12,1%)."

Cette saison, les surprises n'ont effectivement pas été nombreuses en phase de groupe. Le succès de Lyon à Manchester City (1-2) est sans doute le résultat le plus marquant. On retiendra aussi les victoires du CSKA à Madrid et des Young Boys face à la Juventus, même si elles sont survenues toutes les deux lors de la dernière journée alors que les deux favoris étaient assurés de passer.

Si on s'intéresse aux deux qualifiés pour les 1/8es de finale, on constate que les équipes qui ne proviennent pas du Big Five européen (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne et France) sont rares. Les championnats majeurs trustent près de 80% des tickets pour les 1/8e. Sur les dix dernières éditions, le record pour les "petits" championnats est de 5 qualifiés. C'était lors des saisons 2011-2012 et 2015-2016 avec notamment La Gantoise.

Quelles solutions ?

Voilà pour le constat, mais quelles solutions sont possibles ? "Dans le contexte actuel, avec le même nombre de participants, seule une meilleure distribution des ressources tant internationalement que nationalement permettrait de ramener un peu plus d’équilibre dans la phase de groupes de la Ligue des Champions. Cette solution se heurte cependant à l’opposition des clubs financièrement dominants", conclut l'observatoire CIES.

Pour améliorer la situation, l'observatoire propose de réduire drastiquement le nombre d'équipes en phase de groupes. Mais il prône surtout pour une plus grande solidarité (financière) vers les autres clubs et les autres pays. "La solidarité pourrait par exemple s’opérer sur une base méritocratique en réservant une partie des recettes tirées de l’organisation de la compétition à l’ensemble des équipes ayant participé à la formation des joueurs utilisés au prorata du nombre de saisons passées dans chaque club depuis leur plus jeune âge."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK