Pär Zetterberg: "Le départ de Vanden Stock? Ce serait dommage!"

Pär Zetterberg: "Le départ de Vanden Stock? Ce serait dommage!"
Pär Zetterberg: "Le départ de Vanden Stock? Ce serait dommage!" - © BOUCAU-LALMAND-WALSCHAERTS - BELGA

Anderlecht a été éliminé des toutes compétitions européennes mardi, malgré sa victoire face au Celtic (0-1). 

Une campagne qui ne laissera pas d'impérissables souvenirs aux sympathisants des Mauves, dont Pär Zetterberg. L'ancienne idole du Parc Astrid revient sur ce dernier match européen de la saison mais aussi sur l'actualité récente de son Sporting.

Qu’avez vous pensé du dernier match européen du Sporting d’Anderlecht au Celtic ?

Ils ont fait un bon match. Ils ont eu la possession du ballon. Ils ne se sont pas créés beaucoup d’occasions, à part celle de Kums en début de match, mais ils ont été supérieurs au Celtic. Malheureusement, le résultat du match aller à Bruxelles était difficile à renverser. Mais je trouve que, ces dernières semaines, le Sporting a augmenté son niveau de jeu et les Mauves jouent nettement mieux.

Le PSG et le Bayern étaient clairement trop forts mais faut-il avoir des regrets concernant la 3ème place?

Énormément ! Le Celtic n’était pas supérieur au Sporting. Même contre Paris, en première mi-temps à domicile, et en partie contre le Bayern, deux ténors, ils ont montré certains progrès dans leur jeu. Mais, à ce niveau, il faut jouer six matches au top. Sinon, tu le payes cash.

Reste que les statistiques du Sporting dans cette campagne sont très pauvres…

Les grandes équipes n’ont pas besoin de beaucoup d’occasions pour marquer. Contre le Bayern, Anderlecht a eu 3 ou 4 possibilités franches. Les Allemands n’en ont pas besoin d’autant. La différence est là entre une bonne équipe et une très bonne équipe.

La champions League est-elle devenue trop grande pour un club comme le Sporting?

Pour les petits pays, comme la Belgique ou les Pays-Bas, l’Europa League est le seul moyen d’aller loin. En Ligue des Champions, les grosses équipes ont des budgets dix fois supérieurs. C’est impossible de faire les mêmes résultats qu’eux. Chaque année, il y a des surprises comme Gand, il y a 2 ans. Mais il ne faut pas croire qu’un club belge sera capable d’atteindre les 1/4 ou les 1/2 dans le futur.

Quelle influence peut avoir ce dernier match européen sur le choc de ce weekend entre Anderlecht et Charleroi?

Les Bruxellois ont quand même récupéré de la confiance ces dernières semaines, même s’ils ont perdu contre le Standard en Coupe. Ils commencent à jouer comme ce club doit jouer. Mais ils marquent trop peu de buts. Du coté des carolos, c’est super ce qui leur arrive. Ils jouent vraiment bien et le public est revenu au Mambourg. Ce sera vraiment un match du top et on verra un peu mieux le niveau de chacun.

Les supporters bruxellois se plaignent, depuis plusieurs saisons, de la disparition du style anderlechtois. Etes-vous de ceux qui s’en émeuvent?

Le football a énormément changé depuis que j’ai arrêté. Il faut s’adapter à ce nouveau style. Hein Vanhaezebrouck n’est pas là depuis longtemps. Il lui faudra aussi un peu de temps pour effacer ce que Weiler avait mis en place. Mais on a quand même l’impression que sa vision se rapproche plus du style de la maison que son prédécesseur. Le Suisse avait de bonnes idées mais cela ne pouvait pas fonctionner à long terme.

Quel joueur de l’équipe actuelle vous impressionne?

J’ai connu Sven Kums quand il était encore un jeune dans le noyau et que je jouais encore. Ces derniers temps, il a augmenté son niveau, même s’il pourrait encore mieux faire. Une fois qu’il sera au point, le Sporting s’en portera également mieux. Il a une bonne passe, il donne le tempo, il est le patron. On l’a vu hier, tous les ballons ont tendance à passer par lui. Mais j’aime bien aussi le joueur prêté par Everton (NDLR: Henry Onyekuru). Il a un peu la vitesse d’Aruna à l’époque et est très fort en un contre un.

Il y aussi un numéro 10… Stanciu…

Oui, mais il a beaucoup de problèmes. Il a énormément de qualités mais, un peu comme Lukasz Teodorczyk, il est en manque de confiance. Pour vraiment le juger, il faudrait qu’il puisse jouer plusieurs rencontres de suite. Mais pour le moment, ce n’est pas possible.

On parlait d’images et de traditions anderlechtoises. Cette rencontre face au Celtic pourrait être la dernière sous la présidence de Roger Vanden Stock…

Je ne connais pas toute l’histoire. Je suis désormais loin de la Belgique. Mais, ce serait une grande surprise pour moi s’il y avait un autre président qu’un Vanden Stock à la tête du club. Mais, malheureusement, c’est souvent la réalité dans beaucoup de clubs. Je trouve que c‘est dommage. J’ai eu une relation particulière avec toute la famille. Ils sont honnêtes. Ils m’ont apporté beaucoup de choses dans ma carrière et dans ma vie en général.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK