Leverkusen s'offre l'Atlético Madrid

La joie des joueurs du Bayer Leverkusen
La joie des joueurs du Bayer Leverkusen - © PATRIK STOLLARZ - BELGAIMAGE

Leverkusen, grâce à un but d'Hakan Calhanoglu, a battu l'Atlético Madrid 1-0 ce mercredi soir dans le cadre de leur huitième de finale aller de la Champions League. L'Atlético, finaliste 2014, a terminé la rencontre à dix après l'exclusion de Tiago à la 76ème minute.

L'actuel 6ème de la Bundesliga a mis sous éteignoir le 3ème de la Liga, réduit à dix à partir de la 76ème minute, maintenant l'espoir d'atteindre enfin des quarts de finale qui lui échappent depuis 2002.

L'Atlético d'Antoine Griezmann, qui a manqué de soutien sur le front de l'attaque, devra se montrer moins brouillon et plus discipliné le 17 mars à Vicente Calderon pour décrocher un 7ème quart de finale.

Porté par son public de la Bay Arena, Leverkusen a pris l'ascendant dès le premier quart d'heure d'un premier acte disputé, avec une agressivité parfois limite.

Mis à l'ouvrage, le portier espagnol Miguel Moya a été sauvé par l'angle gauche de sa cage où venait s'écraser une frappe tendue de près de 30 m du défenseur central Emir Spahic (26').

Le coach Diego Simeone a été contraint à deux changements prématurés : le latéral Guilherme Siqueira, visiblement touché, a laissé sa place à Jesus Gamez (38') puis Saul Niguez, qui n'avait pas récupéré d'un coup reçu plus tôt, la sienne à Raul Garcia.

A peine sur la pelouse, Gamez a été à l'origine d'une belle occasion des Colchoneros : servi dans la surface, il a adressé un centre en cloche à Griezmann, mais le Français a été devancé par le poing du portier Bernd Leno (39').

Leno a encore été à la parade à deux reprises avant le retour aux vestiaires (45').

Toujours à l'offensive, Leverkusen a trouvé la faille à la 57ème minute : lancé par Bellarabi dans la surface, Calhanoglu contournait son défenseur avant de décocher une frappe puissante sous la barre (1-0).

Peu après l'heure de jeu, Simeone a effectué son troisième et dernier changement en lançant Fernando Torres dans la bataille à la place d'Arda Turan.

Mais face à la pression allemande, ses hommes ont eu du mal à sortir de leur moitié de terrain, tandis qu'en face Leno se montrait très rassurant pour les siens dans ses interventions.

Les Espagnols ont vécu une fin de match difficile, contraints à terminer le match à dix après l'expulsion de Tiago, frappé d'un 2ème carton jaune pour un tackle dangereux sur Karim Bellarabi.

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK