Le "miracle d'Istanbul" fête ses 15 ans !

AC Miland vs Liverpool
3 images
AC Miland vs Liverpool - © DANIEL DAL ZENNARO - BELGAIMAGE

Il y a 15 ans, jour pour jour, Liverpool marquait l’histoire de la Ligue des Champions et des finales de la compétition. Au-delà de la victoire des Reds, le scénario de cette rencontre restera – à jamais – gravé dans les mémoires des fans et des observateurs neutres. A contrario, il hante encore les supporters de l’AC Milan. "On se souvient tellement de cette finale, de ce miracle", se rappelle le médian Xabi Alonso sur le site officiel de Liverpool. "Où que j’aille, en Espagne ou dans le monde, tout le monde s’en souvient. C’est devenu une finale emblématique", explique l’Espagnol, arrivé à Liverpool l’été précédent.

(l'Histoire continue sous le tweet...)

Des Milanais favoris

Le 25 mai 2005, Liverpuldiens et Milanais se retrouvaient au stade Atatürk d’Istanbul (Turquie). Mais les 70 000 supporters, dont 40 000 Reds et 15 000 Rossoneri, ne s’attendaient pas au miracle – ou au cauchemar – qu’ils s’apprêtaient à vivre.

Champions d’Italie en titre et vainqueurs de la Ligue des Champions en 2003, les Rossoneri étaient clairement désignés comme favoris. De son coté, Liverpool – qualifié suite à sa quatrième place en championnat la saison précédente – se retrouvait pour la première fois au dernier stade de la compétition depuis 1985. Une finale perdue et restée tristement célèbre suite au "Drame du Heisel".

Une suprématie sur papier qui allait se vérifier rapidement sur le terrain puisque Paolo Maldini, légende du club, ouvrait la marque après seulement 52 secondes (but le plus rapide en finale de Ligue des champions). Le redoutable Crespo se chargeait lui de tripler la mise (39ème et 44ème) et de renvoyer tous les joueurs au vestiaire avec un score de 3-0 à la pause. Rien ne semblait plus pouvoir perturber cette équipe milanaise, composée de joueurs expérimentés comme Gattuso, Nesta, Stam ou Cafu.

Une seconde mi-temps renversante

Et pourtant, l’impensable se produisait en seconde période. Après quelques changements tactiques de Rafael Benitez, Liverpool montrait un tout autre visage et se voyait récompensé, via une tête décroisée de leur emblématique capitaine Steven Gerrard, à la 54ème minute (3-1). Un but pour l’honneur se disait sans doute les supporters anglais.

Mais Liverpool renversa la situation en à peine 6 minutes : Smicer (d’une frappe lointaine à la 56ème) et Xabi Alonso (penalty converti en deux temps à la 60ème) se chargeaient de ramener les deux équipes à égalité dans une ambiance indescriptible.

Ce partage tiendra jusqu’aux prolongations, période choisie par le gardien Jerzy Dudek pour briller à son tour en préservant les espoirs anglais grâce à un double arrêt incroyable (dont un de la tête) face à Andriy Shevchenko. Le destin avait définitivement choisi son camp et Liverpool allait s’imposer lors de la séance des tirs au but (3 tirs au but à 2).

"Je me souviens avoir regardé les grandes équipes de l’AC Milan à la fin des années 80 et au début des années 90, puis celle de l’Ajax et de la Juventus. Mais je n’ai jamais pensé que je pourrais jouer à ce niveau", explique le défenseur Jamie Carragher, toujours sur le site de Liverpool. "Quelle chance avons-nous eu d’avoir été impliqués dans quelque chose de si spécial".

Un soirée spéciale et inoubliable pour tous les fans de Liverpool ou, simplement, de football.

Équipe de Liverpool : Dudek, Finnan (Hamann, 45ème), Carragher, Hyypia, Traoré, Luis Garcia, Gerrard, Riise, Kewell (Smicer, 23ème), Baros (Cissé, 85ème)

Equipe de l’AC Milan : Dida, Cafu, Stam, Nesta, Maldini, Pirlo, Gattuso (Rui Costa, 112ème), Seedorf (Serginho, 86ème), Kaka, Chevtchenko, Crespo (Tomasson, 85ème)

 

Les temps forts de cette finale renversante :

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK