Le mea culpa de Diagne : "Je n'aurais pas dû tirer le penalty au PSG"

Mbaye Diagne
Mbaye Diagne - © BRUNO FAHY - BELGA

6 novembre 2019 : le PSG prenait le meilleur, au Parc des Princes, sur le FC Bruges en phase de poules de Champions League. Un succès bref (1-0) et très amer pour les Brugeois.

On se souvient tous de la 76e minute de jeu où ils auraient pu - et sans doute dû - égaliser sur penalty, après une faute de Thiago Silva sur Mbaye Diagne. Le Sénégalais a voulu se faire justice lui-même, alors que Philippe Clement désignait Hans Vanaken, son capitaine, comme tireur... Mais le Diable Rouge n'a pas insisté et a laissé faire l'attaquant, dont la frappe molle et mal placée a été facilement captée par Keylor Navas.

Mis totalement de côté à Bruges depuis lors, Diagne est revenu sur cet épisode. "Quand je suis entré, l’entraîneur m’a dit : ‘C’est pour nous sauver en Champions League que tu es ici à Bruges, alors maintenant vas-y et fais-le’. Je n’aurais pas dû tirer le penalty. Mais j’étais tellement excité à l’idée d’aider l’équipe que quand je l’ai obtenu, je me suis dit que je devais marquer ce but que l’on m’avait réclamé. C’était simplement l’effet de l’adrénaline et ma volonté d’aider l’équipe", indique Diagne dans le Guardian, d'après des propos retranscris par Le Soir.

"Je me suis excusé auprès des joueurs et du manager mais j’ai été banni. Je me suis entraîné dur chaque jour, mais je n’ai plus jamais été appelé dans le groupe pour les matchs. Il choisissait des joueurs que je respecte mais qui, honnêtement, n’avaient pas mon niveau. Au bout d’un moment, je suis allé le voir pour lui demander des explications et il m’a répondu : ‘Je prends les décisions, je suis le patron’. Après cela, il m’a simplement ignoré. Pendant mes trois derniers mois à Bruges, il ne m’a pas dit un mot, pas plus qu’un ‘bonjour’. Je pense qu’il n’a jamais voulu de moi au départ. Ce sont d’autres personnes du club qui m’avaient persuadé d’y aller", a aussi précisé le Sénégalais.

Son prêt prenant fin en juin, Diagne retournera donc à Galatasaray. Une saison très étrange pour l'attaquant qui était, rappelons-le, à deux doigts de signer à Anderlecht en début d'exercice.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK