Explosions près du bus de Dortmund : résumé de la soirée cauchemardesque du Borussia

Trois explosions ont visé mardi soir à Dortmund le bus des joueurs du Borussia avant une rencontre de Champions League, blessant le défenseur Marc Bartra et mettant le monde du football en état de choc.

Suite à cet événement, le quart de finale aller de C1 opposant le club allemand à l'AS Monaco, prévu mardi soir (20h45) au Signal Iduna Park, a été logiquement reporté à mercredi 18h45.

"Le bus s'est mis en route" depuis l'hôtel de l'équipe pour gagner le stade à une dizaine de kilomètres de distance lorsque "trois charges explosives ont détoné", a expliqué un porte-parole, Gunnar Wortmann.

"Le bus de l'équipe a été victime d'une attaque à l'explosif. Toute l'équipe est en état de choc. Ce sont des images que l'on ne peut pas s'enlever de la tête. J'espère que l'équipe sera, dans une certaine mesure, en état de se présenter demain pour un match de compétition. Dans une telle situation de crise, tous les Borussen (proches du Borussia ndlr) se serrent les coudent". a indiqué Hans-Joachim Watzke, Directeur exécutif du Borussia Dortmund.

"Après l'explosion, nous nous sommes tous baissés dans le bus, ceux qui pouvaient se sont couchés par terre", a raconté le gardien de but suisse de Dortmund, Roman Bürki, à Blick.ch.

Les trois explosions n'ont pour l'instant pas été revendiquées et les autorités allemandes ont ouvert une enquête pour "tentative d'homicide", sans utiliser la qualification d'attentat "terroriste", soulignant qu'il était trop tôt pour déterminer la motivation de l'attaque.

Suite aux explosions, des vitres du bus de l'équipe ont partiellement volé en éclat, blessant Marc Bartra, âgé de 26 ans. Le défenseur international espagnole a été opéré dans la soirée d'"une fracture du radius" au poignet droit, selon son club.

La vigilance des forces de sécurité allemandes est néanmoins renforcée depuis les attentats de 2016 dans le pays, notamment celui du marché de Noël au camion-bélier en décembre à Berlin, dans un contexte de menace jihadiste permanente en Europe.

Une attaque ciblée

Selon des sources proches des services de sécurité citées par l'agence de presse allemande DPA, les autorités du pays n'ont pas à ce stade d'indications sur un acte "terroriste".

En revanche, les enquêteurs sont persuadés qu'il s'est agi d'une attaque ciblée contre le club de football, aux motivations encore indéterminées.

"Nous partons du principe, et nous l'avons fait dès le départ, qu'il s'est agi d'une attaque qui visait directement" l'équipe, a déclaré le chef de la police locale, Gregor Lange.

Selon le parquet local, une "lettre", pouvant être de revendication, a été retrouvée près du lieu des explosions.

"Son authenticité est en cours de vérification", a-t-il ajouté, sans donner de détail sur son contenu.

De même, un quatrième "objet ressemblant à un explosif" a été retrouvé sur les lieux, mais les enquêteurs n'ont pas pu encore clairement établir ce dont il s'agit.

La police a précisé que les explosifs "pourraient avoir été dissimulés dans une haie" et ont détonné au passage du véhicule. Ces explosifs "sont à prendre au sérieux", a-t-elle ajouté, sans pouvoir en donner la composition précise dans l'immédiat.

Selon le quotidien Bild, généralement bien informé sur ces dossiers, les enquêteurs pensent avoir affaire à des bombes artisanales confectionnées avec des sections de tuyau, les plus simples à réaliser.

Par ailleurs, le journal affirme que la police recherche une voiture immatriculée "à l'étranger". La police de son côté a indiqué ne pas pouvoir donner beaucoup de détails sur l'enquête "pour des raisons tactiques".

'Dortmund! Dortmund!'

Les quelque 3.000 supporters de Monaco présents mardi soir dans le stade ont scandé plusieurs fois : "Dortmund! Dortmund!", applaudis par le reste du public.

Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a salué le comportement des supporters de Monaco. "Meilleurs voeux de rétablissement à Marc Bartra. Grosse réaction des fans de Monaco. Ce soir, tout le monde est aux côtés du BVB", a tweeté Steffen Seibert.

Le speaker du stade de Dortmund a demandé au public présent de rester encore "environ une demi-heure" avant de sortir après avoir assuré qu'il n'y avait "aucune raison de paniquer", dans le contexte actuel de crainte d'attentats.

"Il n'y a pas de danger à l'intérieur et à proximité du stade", a ajouté le speaker.

Le club a lancé un hashtag à l'attention des supporters monégasques pour les aider à trouver un logement pour la nuit à Dortmund : #bedforawayfans (lits pour supporters en déplacement).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK