Champions League : Le Club de Bruges possède la pire défense avec 16 buts encaissés en 5 matches

Le Club de Bruges a sombré face à Leipzig. La très large défaite (0-5) ne souffre d’aucune contestation tant les Brugeois étaient dépassés et ont presté en dessous de leur niveau. Une fois le coup de sifflet final, une statistique est venue plomber encore un peu plus le moral Blauw en Zwart. Avec 16 buts encaissés en 5 journées de phase de poules, Bruges possède actuellement la pire défense de Champions League.

Après cinq rencontres, le Club affiche donc une moyenne de 3,2 buts concédés par match. Un nombre qui s’est principalement construit sur les trois derniers rendez-vous. Le double affrontement face à Manchester City (1-5 et 1-4) et la venue de Leipzig (0-5). Ne tirons pas sur l’ambulance, Bruges n’a pas collectionné les casquettes dans cette campagne. Lors des deux premières rencontres, en ne prenant que deux buts, les joueurs de Philippe Clement ont récolté un 4 points sur 6 encourageant face au PSG et à Leipzig. Mais depuis, quel contraste…

Le sponsor de Leipzig n’a pas eu besoin de donner des ailes

Face à Leipzig, le match semble s’être dessiné quasiment dans la première minute de jeu. Les joueurs allemands ont immédiatement imposé leur supériorité via leurs courses, leur pressing et leur impact physique. En face, les Brugeois ont très vite été déboussolés, submergés. Résultat, une flopée d’erreurs individuelles et d’imprécisions techniques. En fait, dans les têtes (qu’elles soient belges ou allemandes), le match était peut-être déjà plié avant même l’ouverture du score.

La défense brugeoise a ouvert toutes les portes. Avec un tel courant d’air, le célèbre sponsor de Leipzig n’avait même pas besoin de donner des ailes à ses joueurs. Mais l’arrière-garde n’a pas été aidée par le choix tactique de Philippe Clement. En alignant quatre joueurs au profil très offensif (Bast Dost, Noa Lang, Kamal Sowah et Charles De Ketelaere), l’entraîneur a (trop) exposé sa défense. S’est-il vu trop beau ? On se pose la question ici. En attendant, il assume. "C’est ma responsabilité, c’était mon choix de procéder de la sorte", a confié le coach après le match.

À LIRE AUSSI

Leipzig a aussi pris beaucoup de buts

Avant de quitter le stade Jan Breydel, deux consultants ont livré leur analyse du fiasco brugeois. "On a d’abord vu un Leipzig à son niveau", estime Thomas Chatelle. "On n’avait plus vu ce club à un tel niveau depuis un moment et on oublie parfois que ce Leipzig-là a fait un 1/4 de finale de Champions League. Ce n’est pas rien. Côté brugeois par contre, rien n’a fonctionné : le système de Philippe Clement et les individualités. Leipzig était au-dessus à tous les niveaux".

"Je suis d’accord avec cette analyse", enchaîne Wesley Sonck. "Mais, je ne peux pas dire que j’ai été surpris par Leipzig. C’était prévisible. Cette équipe a tout de même marqué trois buts lors de son déplacement à City et au PSG, elle devait gagner. Dans le match d’hier soir, la grande différence c’était la qualité balle au pied".

"C’est vrai que la défense brugeoise prend l’eau. Mais regardez, Leipzig a pris 13 buts et c’est aussi énorme. Défensivement, on a vu que quelque chose n’allait pas dès le premier but. Quand Hendry et Nsoki se gênent sur cette ouverture du score, c’est très symptomatique. Au niveau de la confiance, cette défense n’est plus aussi bien qu’avant et les automatismes ne sont pas là", ajoute Thomas Chatelle.

Pire défense mais pas encore éliminé

16 buts encaissés en 5 matches (moyenne de 3,2 goals par match), Bruges présente donc, après cinq journées, la pire défense de Champions League. L’average est à -11, seuls les Suédois de Malmö font pire avec -12.

Et pourtant, malgré ces chiffres, le Club peut encore décrocher la troisième place du groupe. Mathématiquement, c’est possible. Mais Bruges n’aura pas son sort entre les mains.

À LIRE AUSSI

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK