1995-1997, 2017-2019, la jeunesse de l'Ajax brille toujours en Europe 22 ans plus tard

La joie de Matthijs de Ligt, auteur du but de la qualification contre la Juve.
La joie de Matthijs de Ligt, auteur du but de la qualification contre la Juve. - © MARCO BERTORELLO - AFP

Les gamins de l'Ajax ont encore frappé. Après le Real, c'est la Juventus qui a été emportée par la fougue de la jeunesse ajacide. Les Néerlandais retrouvent le dernier carré de la Ligue des Champions pour la première fois depuis 1997.

C'était le dernier coup d'éclat des Van der Sar, Kluivert, De Boer, Litmanen avec le maillot rouge et blanc. Emmenée par Louis Van Gaal, cette génération a enchaîné une victoire en Ligue des champions, une finale (perdue aux tirs au but) et une demi-finale de C1 en trois ans. Ironie de l'histoire, l'Ajax avait buté deux fois sur la ... Juve, sa dernière "victime".

Les noms ont changé, le foot aussi. Mais la philosophie ajacide est restée la même et continue d'épater l'Europe. Les héritiers se nomment Matthijs De Ligt, Frenkie de Jong, ou Donny Van de Beek. Daley Blind, Klaas-Jan Huntelaar sont revenus encadrer les pépites du centre de formation comme Frank Rijkaard dans les années 90.

Comme le soulignait Massimiliano Allegri, "l'Ajax ne sort pas de nulle part". Il y a deux ans, les Ajacides avaient atteint la finale de l'Europa League. Trop inexpérimentés, ils s'étaient cassés les dents sur le Manchester United de Mourinho. Mais la base de l'effectif actuel était déjà présente : neuf des dix-huit joueurs qui ont affronté la Juve figuraient déjà sur la feuille de match en mai 2017.

La filiation entre les deux générations s'étend au-delà des résultats. Il y a bien sûr les liens du sang qui unissent Daley et Dany Blind. Mais la volonté de transmission transpire à tous les étages du club. Edwin van der Sar est directeur général, Marc Overmars occupe la fonction de directeur du football. Richard Witschge, adjoint de ten Hag, Michael Reiziger et Winston Bogarde, coaches des Jong Ajax, font également partie des différents staffs sportifs. Autant de garants de la tradition ajacide.

Aussi talentueuse soit l'équipe actuelle, elle souffre encore de la comparaison avec ses prédécesseurs au niveau du palmarès. Le dernier trophée du club remonte à 2014, un titre de champion auquel a participé Toby Alderweireld. Depuis ? Quatre deuxièmes places en Eredivisie. Cette saison, les Amstellodamois sont encore au coude à coude avec le PSV. A quatre journées de la fin, les deux équipes sont à égalité de points. La C1 pourrait coûter des forces et puiser dans des ressources mentales sans doute bien nécessaires dans le sprint final.

D'un autre côté, l'Ajax est gonflé à bloc. "On a des talents extraordinaires. Je l'ai dit, on n'était pas favoris, mais avec notre philosophie, on peut aller du-delà, on a encore dépassé nos limites (...) Si on montre ce qu'on a montré contre le Real et la Juve, on peut être confiant, on doit être confiant", insiste te Hag.

Ce titre pourrait être un beau cadeau d'adieu pour de Jong et De Ligt, les deux plus beaux joyaux du noyau actuel, qui s'en iront cet été. Le début d'un inexorable exil.

L'Ajax sait qu'il devra reconstruire. Il en a l'habitude et connait la recette.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK