Road to Euro 15/24 : L’Allemagne, la Mannschaft a-t-elle perdu son lustre d'antan ?

Place l’Euro 2020 ! Pour planter le décor, la RTBF vous propose la présentation des équipes qualifiées pour la compétition. Quel a été son parcours en qualifications ? Son histoire avec l’Euro ? Sa star ? Ses chances d’aller au bout ? Vous saurez tout, c’est parti pour notre Road to Euro.

1. Le football se joue à 11 contre 11, et à la fin ce ne sont plus les Allemands qui gagnent

9 images
© Tous droits réservés

Au classement FIFA de fin 2017, la Mannschaft était N.1 mondial. Un an plus tard, elle avait perdu 15 places. Une catastrophique Coupe de Monde était passée par là, la Retraite de Russie s’avérait Bérézina pour les troupes de Joachim Löw. Tenante du titre en 2014 (1-0 contre l’Argentine en finale après le 7-1 de la demie face au Brésil), l’Allemagne bâclait celle de 2018, dès la phase de poule, en échouant à la dernière place d’un groupe F pourtant abordable (Suède, Mexique et Corée du Sud). Jamais depuis 1932 elle n’avait échoué en ouverture du Tournoi mondial.

Sur les trois dernières saisons, les prestations de l’équipe n’ont pas rassuré les observateurs (voir plus bas : "les qualifs"). C’est pourtant le même sélectionneur (Joachim Löw) qui continue à présider à ses destinées, alors que son départ est acté dès la fin du Tournoi. Sera-ce le 23 juin ou le 11 juillet ? Le pronostic est hasardeux.

2. L’histoire à l’Euro : 6 finales, 3 titres, qui dit mieux ? !

9 images
© Tous droits réservés

Nombre de participations : 13 /16

Victoires : 3 (1972, 1980, 1996)

Finales : 6

Dernière participation : 2016 (éliminée en demie par la France)

Le brillant passé : en 1972, pour sa première participation à la phase finale de l’Euro (en Belgique-Stade du Heysel), la Mannschaft s’impose, qui plus est contre l’Union soviétique, qui en est à sa troisième finale en 4 éditions. Sepp Maier, Franz Beckenbauer, Paul Breitner, Uli Hoeness, Gunter Netzer, Jupp Heynckes, et autre Gerd Müller, emmenés par Helmut Schön s’installent sur le toit de l’Europe avant d’accéder à celui du monde en 1974.

Le souvenir qui fâche : c’est bien sûr la finale de 1980, en Italie, avec ces deux buts de Horst Hrubesch contre Jean-Marie Pfaff. Ah non… ! Ça, c’est le souvenir qui NOUS fâche, nous Belges. Celui qui reste en travers des gorges des Champions du Monde 2014 c’est l’Euro en France, il y a 5 ans. Une phase de poules poussive, un quart de finale remporté de toute justesse (tab 6-5) contre l’Italie, et l’élimination en demie des œuvres d’Antoine Griezmann (0-2). Un avant-goût de la dégringolade de 2018, le divorce d’avec l’hégémonie, la fin de la Löw Story.

 

3. Les qualifs : rien à redire ! Mais…

9 images
© Tous droits réservés

Bilan : 21/24 points

Buts marqués : 30

Buts encaissés : 7

► Les hommes de Löw remportent le Gr C devant les Pays-Bas, l’Irlande du Nord, la Biélorussie et l’Estonie.

Deux gros "couacs" cependant, dans la suite du programme allemand : en novembre 2020, lors de la 6e et dernière journée des qualifications en Ligue des Nations dans le Groupe 4, une raclée (6-0) en Espagne. Mannschaft éliminée ! Et fin mars 2021, pour la 3e journée des éliminatoires (en cours) pour la CM 2022 au Qatar, la "gêne", à domicile, contre la Macédoine du Nord (défaite 1-2).

9 images
Le groupe des qualifications de l'Allemagne. © RTBF

4. La star : Manuel Neuer

9 images
© Tous droits réservés

Capitaine de la Mannschaft comme du Bayern, le dernier rempart de la forteresse munichoise, a retrouvé son meilleur niveau depuis plus d’un an. Elu (pour la 5e fois de sa carrière) "meilleur gardien de l’année" en 2020, Manuel Neuer est le leader incontesté du vestiaire allemand. Et un des 2-3 meilleurs au monde à son poste.

La liste des 26

Gardiens : Manuel Neuer, Kevin Trapp, Bernd Leno

Défenseurs : Robin Gosens, Mathias Ginter, Lukas Klostermann, Niklas Sûle, Antonio Rûdiger, Mats Hummels, Robin Koch, Christian Günter, Marcel Halstenberg

Milieux : Florian Neuhaus, Joshua Kimmich, Leon Goretzka, Jonas Hofmann, Ilkay Gündogan, Jamal Musiala, Toni Kroos, Emre Can

Attaquants : Timo Werner, Kai Havertz, Leroy Sané, Serge Gnabry, Thomas Müller, Kevin Volland

5. L’avis de l’expert : "tout dépendra du 1er match contre la France"

9 images
© Tous droits réservés

Hardy Hasselbruck est journaliste à Kicker Football Magazine. Il pointe trois atouts et trois points faibles de cette équipe.

"Notre atout principal est notre milieu de terrain. Les axiaux Kimmich, Goretzka, Gündogan, et les ailiers Gnabry et Sané sont parmi les meilleurs d’Europe. D’ailleurs, Toni Kroos est éclipsé par eux.

Le gardien et Capitaine Manuel Neuer est un autre point fort incontestable, et on aura bien besoin de ses prouesses.

Enfin, le retour de Mats Hummels en sélection, jadis banni par le sélectionneur, tout comme Thomas Müller est une très bonne chose. Un duo Hummels-Rüdiger stabilisera la défense .

Le point faible le plus important, c’est l’attaquant de pointe. Timo Werner est le titulaire mais cette saison à Chelsea, il a gaspillé tant d’occasions que sa confiance est au plus bas, à mon avis. Marco Reüs (capitaine du Borrussia Dortmund) n’est pas repris, Kai Havertz n’a pas encore convaincu, et Thomas Müller n’est pas un N.9 spécifique. C’est un attaquant dans le dos de la pointe (comme avec Lewandowski au Bayern) et je me demande d’ailleurs à la place de qui Löw pourrait le titulariser ?

Autre point faible, les arrières latéraux (Marcel Halstenberg, Lukas Klosterman) n’ont pas le niveau qu’avaient des garçons comme Höwedes et Lahm.

Enfin, l’autorité de Löw, affaiblie par l'élimination en 2018 et la mise à l'écart de Müller et Hummels, sera peut-être un problème si le tournoi est difficile.

Faire un pronostic est bien difficile, parce qu'il faudra d'abord sortir du groupe. Le 1er match, à Munich, contre la France sera peut-être déjà déterminant?"

6. Le groupe : "F". Comme "fort", trop fort.

9 images
© Tous droits réservés

 

► ► Chances de survie : la France (Championne du Monde en titre, N2 mondiale, finaliste 2016,…), le Portugal (N5 mondial, Champion d'Europe en titre,…), et la Hongrie (N37) forment le "groupe de la mort". Et soyons francs, l’Allemagne pourrait fort bien ne terminer qu’à la 3e place, c’est-à-dire éliminée au 1er tour, une de fois de plus.

7. Les chances de victoire : sur un malentendu ou un miracle

9 images
© Tous droits réservés

 

✶ Etoiles de favori : 1/10

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK