Roman Yaremchuk et l’Ukraine à l’Euro : "Gand espère décrocher le jackpot"

Ce soir à Rome, le commando drivé par Andriy Shevchenko va tenter de faire trébucher la vieille Albion, comme elle l’a fait en 8e de finale avec la Suède. A Gand, on ne perd pas une miette des performances de l’Ukraine à l’Euro : avec leurs deux Roman, Yaremchuk et Bezus, les Buffalos comptent deux joueurs dans une sélection aux forts accents belges – puisqu’elle abrite aussi Ruslan Malinovsky (ex-Genk) et Yehven Makarenko (Courtrai, ex-Anderlecht).

"On est ravi des performances de Roman Yaremchuk, qui a déjà marqué deux buts (NDLR : contre les Pays-Bas et la Macédoine du Nord) " explique Michel Louwagie, le Directeur Général de La Gantoise. " Roman cueille les fruits de son labeur : quand il est arrivé chez nous il y a 4 ans, il n’avait rien à voir avec le joueur qu’il est devenu aujourd’hui. C’est un gros travailleur, il se soigne comme un pro et il reste sur deux dernières saisons de haut niveau. De plus, c’est un garçon ouvert et sympa, là où Bezus est plus discret et introverti. Yaremchuk progresse chaque année, je pense qu’il a le potentiel pour aller très haut… "

5 images
© Tous droits réservés

Le manager gantois plaide évidemment pour sa chapelle… et la trésorerie de son club. Sous contrat à Gand jusque 2025, Yaremchuk (25 ans) peut faire sauter la banque flandrienne cet été, 10 mois après le transfert-record (27 millions d’euros + bonus) de Jonathan David.

" Je ne parle jamais de montant financier… " sourit le dirigeant flandrien. " Mais en effet, on s’attend à toucher un gros montant pour Yaremchuk. 15 millions d’euros ? (NDLA : la cote de l’Ukrainien… avant l’Euro sur les sites spécialisés de transfert) On espère beaucoup plus… Même si le marché reste impacté par le Covid… Tout dépendra du pays et du marché… Mais en effet, le fait que l’Ukraine affronte l’Angleterre samedi tombe vraiment très bien (sourire) : le joueur va pouvoir se mettre en vitrine. Le marché anglais est évidemment le plus intéressant et on sait que les clubs anglais se positionnent toujours en fonction du grand tournoi de l’été, les années de Coupe du Monde et d’Euro. "

5 images
© AFP or licensors

Ce qui semble évident, c’est que, malgré son contrat en cours, Yaremchuk est prêt à faire le grand saut.

Nous avons déjà un accord depuis plusieurs mois avec Roman pour le laisser partir en cas de bonne offre. Après l’Euro, on va donc travailler ensemble pour son transfert. On a déjà eu des offres en hiver, et elles se multiplient maintenant forcément. Mais rien n’est encore sorti dans la presse… et c’est très bien comme ça. (sourire) Si, par exemple, l’Ajax devait lui faire une offre, je ne pense pas qu’il serait intéressé. Car le désir de Roman est de partir vers un championnat de haut niveau. Il retient aussi le projet sportif : il ne choisira pas juste sur une offre financière. "

5 images
© Tous droits réservés

En attendant, La Gantoise s’apprête à nouveau à cueillir les fruits de son scouting performant.

Je retrouve dans cette équipe d’Ukraine la même approche que celle que nous avons croisée en affrontant le Dynamo Kiev, l’année passée, en préliminaires ce Champions League : un football plutôt défensif, basé sur une organisation très stricte et des reconversions rapides. La réussite de l’Ukraine va peut-être amener plus de joueurs de ce pays sur le marché : on sera attentif aux opportunités, mais cela ne va pas forcément nous amener à développer cette filière. Notre premier Ukrainien était Igor Plastun, mais on l’a recruté… dans un club bulgare, Ludogorets. Puis on est tombé sur Yaremchuk… et Bezus vient de Saint-Trond. Donc on peut dire que notre filière ukrainienne relève plutôt du hasard… "

5 images
© Tous droits réservés
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK