Quel bilan après ces deux matches des Diables ? L'avis de notre cellule foot

Deux matches à l’extérieur, deux scores identiques. Le tarif est lourd et le bilan chiffré (0-8) est inattaquable. Les adversaires n’étaient pas les plus coriaces, mais à l’exception d’une mi-temps à Saint-Marin,  au cœur d’un petit stade désuet, devant une assistance clairsemée, les Diables ont fait le job. Pour Benjamin Deceuninck, il s’agit  du matche " pour lequel Roberto Martinez a  tiré le plus d’enseignements depuis le début de cette campagne. À ses yeux, certains n’ont pas réussi à saisir leur chance dans le système habituel des diables. Vu la concurrence, pas certain qu’elle ne repasse. Pour le reste, même avec une demi-équipe absente, ces Diables se baladent. Personnellement, je suis en manque de gros match, de tension. Tout est un peu trop facile. "

Origi, Januzaj, ce sont les noms des joueurs qui reviennent à l’heure de l’analyse. Mais Eby Brouzakis refuse de les condamner. " C’est trop tôt. En tous cas pour Origi. Il a joué à gauche, alors qu’il est plutôt axial et comme à Liverpool, il peut surgir du banc et être efficace. Si Martinez emmène 3 attaquants à l’Euro, il en sera. Pour Januzaj, c’est plus délicat. J’ai l’impression que le coach apprécie beaucoup Yari Verschaeren qui a plus montré en une dizaine de minutes face à l’Ecosse que Januzaj face à Saint-Marin. Sans aller trop vite, trop loin, je suis sûr que son insouciance a plu au coach dans la perspective de l’Euro. Sinon, pour le reste, je rejoins Benjamin. Même sans Kompany et Eden Hazard, c’est encore trop simple pour les Diables. Hier KDB, dans un rôle libre, a comblé le vide. Et de quelle manière. La régularité de Lukaku,  est aussi bluffante. Vivement l’Euro."

Dans son analyse dans la foulée du match à Saint-Marin, Roberto Martinez avait laissé entendre que certains joueurs avaient facilité ses choix à venir dans la perspective de l’Euro. Pierre Deprez lève un coin du voile. "Contrairement à ce que l'on voudrait croire, Martinez n'a pas à sa disposition 22 titulaires potentiels et 2 hommes pour chaque poste. Quatre cadres absents (Kompany, Eden Hazard , Thorgan Hazard et Witsel), ça l’ a obligé à lancer des "remplaçants". Certains ont donné satisfaction, totalement ou partiellement (Chadli, Denayer, Tielemans, Dendoncker, Vermaelen, Batshuayi), d'autres ont déçu (Origi, Januzaj). Dans l'animation de jeu, déficiente en première période à Saint-Marin, Martinez a appris, reconnu des erreurs, tiré des enseignements précieux. Et il corrigé le tir en seconde période et contre l'Ecosse. Tant mieux. Il a aussi fait comprendre que le résultat seul ne suffisait pas, que la manière était capitale, surtout pour préparer les matchs de l'Euro, bien plus ardus ceux- là!Mais ce qui l’a satisfait plus que tout, c’est l'état d'esprit affiché par ses gars: dès samedi matin, ils se sont remis en question, ont accepté ses critiques, et  revu leur copie 3 jours plus tard. "

Manuel Jous se penche lui sur la flexibilité tactique chère à Roberto Martinez. Dans un même match, l’équipe peut proposer un football de possession et un jeu plus attentiste.

" Oui,  tout le paradoxe de la Belgique actuelle tient dans le premier but. En tant que première nation mondiale, la Belgique est considérée comme une équipe dominante, qui base son jeu sur la possession (ce qui est vrai, la plupart du temps). Or, comme l'a précisé Romelu Lukaku dans son interview d'après-match, il n'y a probablement aucune équipe qui soit meilleure en contre-attaque ! Le premier but m'a, toutes proportions gardées, rappelé celui de Chadli face au Japon. Précision, vitesse de reconversion depuis notre grand rectangle, puis finition. L'adresse de la Belgique sur ce type de phases doit amener à se poser une question : face aux (autres) grandes nations mondiales, ne devrions-nous pas accepter de changer notre fusil d'épaule et de proposer un football plus attentiste et, dès lors, plus punitif ?

Un avis partagé par Rodrigo Beenkens :  Les belges ne sont jamais aussi forts que lorsqu’ils peuvent laisser venir l’adversaire, lui laisser le ballon (c’était évidemment impossible à Saint-Marin). Hier, il y avait plus d’espaces et de changements de positions entre joueurs. Avant d’ajouter que "Kevin De Bruyne est le meilleur passeur du monde.  Regardez, entre autres, sa passe sur le deuxième but, qui peut faire mieux ? "

Manuel Jous : " Au-delà de ça, Kevin De Bruyne a livré l'un de ses meilleurs matchs en sélection, tant du point de vue des chiffres (1 but, 3 assists) que de la manière. L'absence d'Eden Hazard n'y est évidemment pas étrangère car, outre une position plus avancée sur l'échiquier, KDB a reçu une liberté d'action qui lui est moins coutumière. KDB a rayonné et son envie a réellement fait plaisir à voir. Ce qui ne m'empêche pas de penser que l'équipe, dans son ensemble, est évidemment plus forte quand elle peut se permettre d'aligner à la fois De Bruyne et Hazard. Il y a bien longtemps que ces deux incontournables ne se "marchent plus sur les pieds".

Rodrigo Beenkens partage ce sentiment et ajoute qu’il apprécie tout particulièrement quand KDB joue un cran plus haut . Comme à Hampden. Regardez sa position au moment d’inscrire le 0-4. S’il joue un cran plus bas, il ne se retrouve jamais à cet endroit et la remarque vaut aussi pour le premier et le deuxième but. De Bruyne est très intéressant dans un rôle axial, plus en retrait, mais il est tellement plus décisif dans un rôle libre, plus haut. Pour être championne d’Europe, la Belgique aura évidemment besoin du talent d’Eden Hazard mais aussi d’un De Bruyne décisif. Hazard aime commencer ses actions presque à l’arrêt. De Bruyne a besoin de mouvements. Il faut qu’on galope autour de lui. Le grand défi pour Roberto Martinez est de faire en sorte que De Bruyne soit aussi souvent décisif...quand Eden Hazard est sur la pelouse. C’était notamment le cas contre le Brésil. Avec Éden et Kevin en soutien de Lukaku (comme lors du match aller contre l’Ecosse où De Bruyne était impliqué dans chaque occasion dangereuse), cela ferait une victime et non des moindres: Dries Mertens qui (re)deviendrait un redoutable joker. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK