Lewandowski ou Cristiano dans le dernier carré de l'Euro ?

Pologne - Portugal, le premier quart de finale de l'Euro 2016 jeudi à Marseille, est aussi un duel entre deux stars du foot mondial : Robert Lewandowski, qui n'a toujours pas marqué dans le tournoi, et Cristiano Ronaldo, monté en puissance après des débuts ratés.

Le bon client contre le bizuth. Le Portugal vise une quatrième demi-finale en cinq Euros, ce qui serait aussi la troisième sous le règne de Ronaldo. En 2004, sur son terrain puisqu'il était le pays organisateur, le Portugal avait perdu la finale contre la Grèce (1-0) et Ronaldo, âgé de 19 ans, avait terminé en larmes.

La Pologne de "Lewa", elle, n'a jamais atteint le dernier carré d'un Euro. Elle n'avait même pas disputé cette compétition dans ses années dorées, les générations Grzegorz Lato puis Zbigniew Boniek, deux fois troisièmes d'une Coupe du Monde, en 1974 et 1982.

Aujourd'hui la star s'appelle Robert Lewandowski. Mais l'attaquant du Bayern Munich, 42 buts en club cette saison, meilleur buteur des qualifications de l'Euro avec 13 réalisations, n'a pas encore trouvé le chemin du but en ce mois de juin français.

Il a au moins réussi son tir au but en huitième de finale contre la Suisse (1-1 a.p., 5 t.a.b. à 4), le premier de la série, en bon leader.

Son sélectionneur Adam Nawalka l'a défendu : "Il joue pour l'équipe, il est très travailleur, surtout comme capitaine. Il est en grande forme et fait ce qu'on lui demande de faire".

"C'est l'un des meilleurs attaquant au monde, le meilleur N.9 pour moi. Il est marqué à la culotte depuis le début et les adversaires essaient de l'empêcher de jouer en faisant des fautes à la limite", a poursuivi l'entraîneur.

En huitième contre la Croatie, Ronaldo n'a pas marqué mais c'est sa frappe qui a amené le but de Quaresma à trois minutes du terme (1-0 a.p.).

Au dernier match de poules, il avait déjà pris en main le destin de son équipe, avec un doublé et une passe décisive contre la Hongrie (3-3) pour sauver la qualification.

La star du Real Madrid a aussi marqué les rétines d'une talonnade aérienne pour marquer contre la Hongrie. Il y a mis du temps, puisqu'il avait raté un penalty contre l'Autriche (0-0), mais il est entré dans son Euro.

Toujours friand de records, le triple Ballon d'Or a d'autres quêtes personnelles. Il a déjà battu le record de match joué dans cette compétition, qu'il devrait porter à 19 jeudi, loin devant le Français Lilian Thuram et le Néerlandais Edwin Van der Sar (16 matches).

Il pourrait rattraper Michel Platini au nombre de buts marqués : il en est à 8, contre 9 au numéro 10 français, réalisés en une seule édition (1984).

Les Polonais n'entendent pas regarder Ronaldo jouer, comme l'assure l'attaquant Arkadiusz Milik : "Cela va être très spécial pour moi de me mesurer à lui", mais "on va essayer de jouer en équipe, pas de miser sur nos individualités".

De fait, les deux équipes ont d'autres arguments que leurs superstars Ronaldo et Lewandowski.

"La Pologne est solide et se projette vite devant pour contrer. On aura du travail derrière, mais on va essayer de contrôler tous les aspects possibles et porter le danger devant quand on aura le ballon", a prévenu le sélectionneur du Portugal Fernando Santos.

Chacune évolue avec un brillant comparse, l'intermittent Nani pour Cristiano, qui a signé deux buts, et Milik pour Lewandowski.

Derrière ces duos d'attaque, un élément pourrait faire la différence, le nombre de cartons jaunes reçus. Pas moins de huit joueurs polonais, dont les trois-quarts de la défense, sont sous la menace de manquer une éventuelle demi-finale, au risque de les brider inconsciemment, contre trois seulement côté Portugal.

Les Portugais n'ont pas l'Histoire de leur côté et le stade Vélodrome n'est pas un bon souvenir pour eux : ils s'y étaient laissé remonter par la France de Platini en demi-finale de l'Euro 1984, de 2-1 à 2-3 en prolongation. Mais ils n'avaient pas de Cristiano Ronaldo.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK