Bruxelles éjecté de l'Euro 2020 par l'UEFA

Le Comité Exécutif de l'Union européenne de football (UEFA) a décidé ce jeudi à Nyon de rejeter la candidature de Bruxelles pour l'organisation de rencontres de l'Euro 2020. L'Union belge a pris acte de cette décision.

L'Eurostadium qui devait accueillir quatre rencontres (trois matches de groupe et un huitième de finale) et qui s'était porté candidat pour organiser le match d'ouverture n'existe en effet toujours qu'à l'état de maquette sans garantie de pouvoir inaugurer à temps la véritable enceinte qui doit encore être bâtie.

"Nous étions en discussion avec Bruxelles depuis longtemps, a expliqué le Président de l'UEFA Aleksander Ceferin. Ils étaient incapables de nous fournir les documents et les garanties. Ils avaient le temps, ils ne l'ont pas fait".

"Des experts ont estimé que le risque pour l'UEFA était trop grand. D'abord, il semblait que ce serait un problème pour Bruxelles de finir le stade à temps. Et si le stade n'avait pas été fini à temps, il aurait alors été difficile pour nous de trouver une solution alternative" a ajouté le président slovène de l'instance.

Le stade de Rome a donc été désigné pour accueillir le match d'ouverture de cet Euro 2020 alors que Wembley organisera les quatre autres rencontres auparavant attribuées à Bruxelles. La Stade de Londres accueillera donc sept matches au total en comptant les demis-finale et la finale.

C'est une grosse gifle pour la capitale de l'Europe qui est donc réduite à ne pas figurer parmi les treize grandes villes appelées à fêter les 60 ans de l'UEFA, en s'associant à l'organisation de l'Euro.

La décision de la Région bruxelloise de construire le nouveau stade sur le parking C du Heysel a été prise en mai 2013. Il avait à l'époque été décrété que le Stade Roi Baudouin était condamné à la destruction par le projet Neo qui doit complètement transformer le plateau.

Ghelamco a été désigné pour la construction de l'Eurostadium en mars 2015, et a peu après conclu un accord de principe d'occupation du stade par Anderlecht, comme club résident. Mais le Sporting a depuis lors dénoncé le coût de location qu'il juge excessif, et affirme ne plus être partenaire dans ces conditions.

Depuis Ghelamco se débat pour faire valider son projet par toutes les instances concernées et ne pas chuter sur les pelures de bananes : un sentier vicinal sur le parking C qui n'est plus utilisé depuis longtemps, mais dont la disparition constitue quand même un sérieux obstacle dans la procédure, et surtout les nombreux avis négatifs relatifs à l'environnement, qui ont jusqu'à présent empêché l'octroi du permis de bâtir.

Du coup les délais de l'UEFA ont été dépassés et la décision est tombée.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK